Berlin bannit les faux soldats américains

ATS

5.11.2019 - 04:49

A Berlin, une dizaine de comédiens, en uniforme américain, se trouvent en permanence sur le site du Checkpoint Charlie depuis le début des années 2000 pour y être pris en photo, moyennant finance, par les visiteurs ou vendre de faux visas ou timbres de l'époque de la Guerre froide (archives).
Source: KEYSTONE/EPA/OLIVER WEIKEN

Les autorités berlinoises ont décidé lundi, 30 ans après la chute du Mur, d'interdire l'accès au mythique site de Checkpoint Charlie aux faux soldats américains. Ceux-ci se faisaient payer pour être photographiés par des touristes.

Situé en plein coeur de la capitale allemande, Checkpoint Charlie a été durant la Guerre froide un des principaux points de passage entre l'Est et l'Ouest à l'époque du Mur. Il est devenu depuis 1989 un des lieux les plus visités par les touristes.

Une dizaine de comédiens, en uniforme américain, s'y trouvent en permanence depuis le début des années 2000 pour y être pris en photo, moyennant finance, par les visiteurs ou vendre de faux visas ou timbres de l'époque de la Guerre froide. Les autorités berlinoises ont décidé de mettre fin à cette utilisation «non tolérée» de l'espace public.

Le chef de cette troupe de comédiens assurait que ceux-ci, qui pouvaient toucher, selon le quotidien Bild, entre 1500 et 5000 euros par jour, ne recevaient que des dons volontaires des touristes. Mais la police berlinoise a réalisé une enquête sous couverture montrant que les touristes récalcitrants pouvaient être verbalement ou physiquement malmenés par les comédiens.

«Nous ne comprenons pas cette fin soudaine. J'ai dû licencier six collègues», se plaint dans Bild Tom Luszeit, le dirigeant de ce groupe de comédiens, promettant de «ne pas abandonner» et de «retourner» sur le site.

Que faire du site?

Checkpoint Charlie est passé en 30 ans de point névralgique du conflit Est-Ouest, théâtre en 1961 d'un inquiétant face-à-face entre tanks américains et russes, à une aire marchande et consumériste.

Un débat agite Berlin depuis plusieurs années sur le devenir de ce site, entre partisans de la construction de logements et militants de la création d'un espace du souvenir de ceux qui sont morts en tentant de passer le Mur.

La ville de Rome avait elle aussi tenté, il y a quelques années, d'éradiquer la présence de faux légionnaires romains autour du Colisée qui demandaient de l'argent pour être photographiés.

Les images du jour

Retour à la page d'accueil

ATS