Pas de troupes mais...

Biden annonce des sanctions mais n'envoie pas de troupes en Ukraine

ATS

24.2.2022 - 20:35

Le président américain Joe Biden a annoncé jeudi des sanctions économiques et des restrictions d'exportation vers la Russie, en riposte à son invasion de l'Ukraine. Mais il ne prévoit pas d'envoyer des troupes en Ukraine.

ATS

24.2.2022 - 20:35

President Joe Biden calls on reporters for questions while speaking about the Russian invasion of Ukraine in the East Room of the White House, Thursday, Feb. 24, 2022, in Washington. (AP Photo/Alex Brandon)
Le président Joe Biden répond aux questions des journalistes lors de son discours sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie, dans la salle Est de la Maison Blanche, le jeudi 24 février 2022, à Washington. (AP Photo/Alex Brandon)
KEYSTONE

Quatre banques russes supplémentaires vont aussi être sanctionnées et plus de la moitié des importations technologiques de la Russie supprimées, a-t-il affirmé lors d'un discours depuis la Maison Blanche. «Cela imposera un coût sévère à l'économie russe, à la fois immédiatement et à long terme», a-t-il prévenu.

Le président américain a assuré que couper la Russie du réseau interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale, restait «une option» pour riposter à l'invasion de l'Ukraine.

Il a toutefois souligné qu'"actuellement cela n'était pas (une) position» partagée par les Européens. Il a assuré que les autres sanctions financières annoncées jeudi par les Etats-Unis et leurs alliés avaient «autant d'impact voire plus d'impact» que cette option, réclamée par l'Ukraine elle-même.

Joe Biden a également assuré que les Etats-Unis défendront «le moindre pouce de territoire de l'Otan», mais n'enverront pas de troupes en Ukraine. «Nos forces armées ne vont pas en Europe pour combattre en Ukraine mais pour défendre nos alliés de l'Otan et rassurer ces alliés de l'Est», a-t-il déclaré.

Le président américain a également assuré que Vladimir Poutine va devenir «un paria sur la scène internationale» pour sa décision d'attaquer l'Ukraine. Il a également affirmé «ne pas prévoir de parler avec Poutine».

ATS