Les derniers mètres sont les plus durs

lt, ats

23.9.2021 - 09:01

Centres de consultation, camions de vaccination et campagnes d'information pour la population migrante : les cantons se démènent pour faire grimper leur taux de vaccination. Les chiffres montent, tout en restant deux à trois fois plus bas que ceux de mai et juin.

lt, ats

23.9.2021 - 09:01

Un centre de vaccination a été mis en place fin août au Flon, à Lausanne, destiné aux jeunes fréquentant le monde de la nuit.
ATS

Depuis les vacances d'été, la vaccination a repris en Suisse. La semaine dernière, environ 220'000 vaccins ont été administrés, soit 17% de plus que la semaine précédente. Mais les chiffres sont encore loin de ceux du début de l'été, lorsque plus de 600'000 personnes se faisaient vacciner chaque semaine.

Effort cantonal

Les cantons essaient pourtant de trouver des astuces pour faire monter leur taux de vaccination: de nombreuses équipes mobiles se déplacent ainsi dans les centres commerciaux, les écoles, les universités, les salles communales, les centres culturels ou les entreprises.

À Genève, une équipe mobile de vaccination a accueilli les étudiants de l'UNIGE à l'occasion de la rentrée universitaire. Lundi environ 200 personnes se sont fait vacciner. «Nous pouvons monter jusqu'à 600 vaccinations par jour.

Dans le canton de Vaud, de nombreuses actions ont été initiées pour proposer une vaccination de proximité. Dernier exemple en date, un centre a été mis en place fin août au Flon, à Lausanne, destiné aux jeunes fréquentant le monde de la nuit. A Lucerne, IG Kultur organise, en collaboration avec le canton, une campagne d'information à l'intention des fêtards.

En Valais, le canton fournit aux communes qui le souhaitent des unités de vaccination mobiles. Un service auquel a notamment eu recours Zermatt et qui est prévu à la fin du mois à Crans-Montana.

Les services sans rendez-vous ont été étendus à toute la Suisse afin que les gens puissent décider de recevoir leur première dose sans prendre rendez-vous. Les vaccinations sont désormais proposées non seulement dans les centres mais aussi dans les pharmacies, chez le médecin de famille ou à domicile.

Pour ce qui est des entreprises, elles ont la possibilité d’obtenir des rendez-vous groupés au centre cantonal de vaccination ou en pharmacie. À Zoug, des groupes entiers, des clubs ou des entreprises peuvent se faire vacciner sans prendre de rendez-vous.

S'occuper des femmes migrantes

Comme il est apparu après les vacances d'été que les migrants sont responsables d'un nombre important de cas et d'hospitalisations, les offres pour ce groupe de population ont été élargies. À Berne, par exemple, une campagne d'information est menée depuis le début du mois d'août en 20 langues, dont le tibétain, le chinois et le somali.

Neuchâtel a réalisé à la mi-août différentes actions de communication directement auprès des communautés étrangères et migrantes pour les sensibiliser à la vaccination. À Saint-Gall, des informations et des vidéos explicatives sont disponibles en 25 langues.

A Lucerne, les personnes de nationalité étrangère qui contactent la hotline sont rappelés dans leur langue maternelle. A Schaffhouse, les musulmans croyants ont pu opter pour la vaccination dans une mosquée directement après la prière du vendredi.

Les cantons parlent de leur succès

Selon les cantons, ces mesures ont été jusqu'à présent assez efficaces. À Soleure, la forte demande de vaccination à bas seuil a même «dépassé toutes les attentes», a-t-on indiqué à Keystone-ATS.

À Saint-Gall, les personnes qui veulent se faire vacciner doivent attendre jusqu'à deux semaines pour recevoir leur première dose. Le canton a donc augmenté ses capacités et la Thurgovie les a également presque doublées.

Mais il est difficile de quantifier l'impact de tous ces efforts cantonaux. En effet, après les vacances d'été, le nombre de cas et d'hospitalisations est reparti à la hausse. Peu après, le Conseil fédéral a décidé de mettre fin aux tests gratuits en octobre et de rendre la certification obligatoire dans les restaurants et lors de manifestations publiques.

Gundekar Giebel, responsable de la communication à la direction bernoise de la santé, estime que ces mesures ont contribué pour moitié environ à l'augmentation du taux de vaccination. Mais les progrès de la vaccination sont loin d'être comparables aux chiffres de mai, juin ou juillet, a déclaré Jérôme Weber, de la direction de la santé de Zurich.

La tâche principale consiste maintenant à persuader la partie non vaccinée de la population de faire le pas: Et «les derniers mètres sont toujours les plus difficiles».

Pour la saison de ski, le Valais «souhaite que les restrictions soient le moins nombreuses possible», indique le Service de la santé publique. Mais si la Confédération traite les remontées mécaniques de manière différentes aux transports publics, le canton demande la mise en œuvre « pragmatique et simple» de l’obligation de présenter un certificat Covid. Celle-ci devra en outre «entraîner la levée de l’obligation du port du masque et de la limitation de capacité des installations».

lt, ats