Climat et sécurité: inquiétude de l'ONU, Occident et Russie opposés

vey

23.9.2021 - 22:09

epa09416808 A handout photo made available by the United Nations showing the United Nations Security Council meeting on the situation in Afghanistan at United Nations Headquarters in New York, New York, USA, 16 August 2021.  EPA/MANUEL ELIAS / UNITED NATIONS PHOTO HANDOUT  HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES
Image d'illustration 
KEYSTONE/EPA/MANUEL ELIAS / UNITED NATIONS

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a plaidé jeudi, comme les Occidentaux, en faveur d'une meilleure prise de conscience de l'impact du changement climatique sur la sécurité dans le monde. La Russie et la Chine ont de leur côté réaffirmé leur opposition à une saisie du Conseil de sécurité sur ce sujet.

vey

23.9.2021 - 22:09

«Aucune région n'est à l'abri. Les incendies de forêt, les inondations, les sécheresses et autres phénomènes météorologiques extrêmes affectent tous les continents», a rappelé le chef de l'ONU, lors d'une session ministérielle du Conseil de sécurité.

«Les effets du changement climatique sont particulièrement profonds lorsqu'ils se superposent à la fragilité et aux conflits passés ou actuels» et «il est clair que le changement climatique et la mauvaise gestion de l'environnement sont des multiplicateurs de risques», a-t-il fait valoir.

Pour minimiser l'impact du changement climatique, il est nécessaire de s'engager «sans ambiguïté» et d'entreprendre tous des «actions crédibles (...) pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius», a dit Antonio Guterres. «L'adaptation au changement climatique et la consolidation de la paix peuvent et doivent se renforcer mutuellement», a insisté le chef de l'ONU.

A titre d'exemple, il a rappelé que «l'année dernière, plus de 30 millions de personnes avaient été déplacées par des catastrophes liées au climat». Ces mouvements de population ont des effets déstabilisateurs pour les régions de destination des migrations.

Tous les membres occidentaux du Conseil de sécurité, dont les Etats-Unis, l'Irlande, organisateur, ou la Norvège, soutenus par le Niger, ont réclamé une saisie permanente du Conseil de sécurité, l'adoption d'une résolution ayant force de loi internationale et la nomination d'un émissaire dédié à la thématique de l'impact du climat sur la paix et la sécurité.

«Temps d'agir»

«Convenir que la question a sa place ici au Conseil de sécurité enverra un message clair à la communauté internationale sur les graves implications que le changement climatique a pour notre sécurité collective», a fait valoir le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken. «Toutes nos nations doivent prendre des mesures audacieuses immédiates pour renforcer la résilience afin de s'adapter aux impacts inévitables», a-t-il ajouté.

«Il est temps d'agir. Nous devons agir pour montrer que nous sommes prêts», a renchéri l'Irlandais Micheal Martin, dont le pays préside en septembre le Conseil de sécurité et qui a initié la réunion. Mais à l'instar de la Chine, la Russie, dotée comme Pékin d'un droit de veto, a opposé une fin de non-recevoir aux appels occidentaux.

«Il y a d'autres enceintes plus adéquates» et donc une probabilité de «doublon» avec des organismes onusiens déjà existants, a asséné l'ambassadeur adjoint russe à l'ONU, Dmitry Polyanskiy, choisi par le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, présent à New York, pour parler au nom de la Russie à cette réunion de niveau ministériel.

«Mauvaises sauces»

«Trop de cuisiniers font de mauvaises sauces» et le risque est de produire «des mesures bancales et vaines», a-t-il lancé, tout en affirmant que la Russie était prête à parler au Conseil de sécurité, mais seulement au cas par cas, d'une éventuelle conséquence pour la sécurité du réchauffement climatique dans telle ou telle région.

La dernière session du Conseil de sécurité sur la relation entre le climat et la sécurité s'était tenue en février au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement, à l'initiative de Londres. Aucune adoption de texte, résolution ou déclaration, n'avait déjà été possible en raison des divisions du Conseil.

vey