Commémoration du Vél d'Hiv

ATS

21.7.2019 - 19:24

La ministre française des Armées, Florence Parly, a rappelé dimanche la responsabilité de la France lors de la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv en 1942 (archives).
Source: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

La ministre des Armées Florence Parly a réaffirmé dimanche la responsabilité de la France dans la rafle du Vél d'Hiv en 1942, lors de la commémoration à Paris de la plus grande arrestation de Juifs dans le pays pendant la Seconde guerre mondiale.

Devant un parterre d'autorités et de représentants d'associations, la ministre a rappelé, très émue, le sort de «13'152 Juifs de France, femmes, hommes, enfants, arrachés à leur quotidien les 16 et 17 juillet 1942», lors d'une cérémonie de commémoration organisée Square des martyrs juifs, dans le XVe arrondissement.

«Des enfants nés en France, envoyés à la mort par des Français. Pour la seule raison qu'ils étaient juifs. Et la France a détourné les yeux. Elle s'est emmurée dans le silence, drapée de son déshonneur», a souligné la ministre.

«Je le redis ici: la Rafle du Vél d'Hiv est l'unique oeuvre du gouvernement français, accomplie par des Français. Elle est devenue le symbole de toutes les autres, l'emblème de toutes les persécutions. 76'000 Juifs de France furent déportés vers l'horreur des camps», a-t-elle insisté.

En 1995, Jacques Chirac fut le premier président à reconnaître la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites, et non celle du seul régime de Vichy. En juillet 2017, Emmanuel Macron, nouvellement élu président, avait également réaffirmé cette responsabilité et prononcé un plaidoyer contre l'antisémitisme et le racisme.

Retour à la page d'accueil

ATS