La Colombie tâche d'éviter la surcharge des hôpitaux

ATS

16.1.2021 - 09:28

Près de 30 des 50 millions de Colombiens sont à nouveau confinés ce week-end ou soumis au couvre-feu pour enrayer une flambée des cas de covid-19. Dans le même temps, les hôpitaux des principales villes colombiennes frôlent la surcharge.

epa08927179 View of Bolivar square during the start of mandatory confinement in Bogota, Colombia, 08 January 2021. Given the advance of the pandemic, the Mayor's Office of Bogotà¡ declared on 07 January a red alert in the city and in the hospital system, as well as the total restriction of mobility from midnight on 07 January to four in the morning of 12 January. EPA/Carlos Ortega
Le Bolivar square presque désert au premier jour du confinement à Bogota, en Colombie, le 8 janvier dernier.  Désormais, de nouvelles restrictions ont été mises en place à travers le pays.
KEYSTONE

La Colombie est, après le Brésil, le deuxième pays d'Amérique latine en nombre de cas avec plus de 1,8 million confirmés, et le troisième après le Brésil et le Mexique en nombre de morts, à plus de 47'800 décès.

«Nous sommes débordés. Nous n'avions jamais atteint de tels indicateurs lors du premier pic de la pandémie», a déclaré à l'AFP la docteure Gina Rojas, directrice du Pacte national pour la santé et la vie. Celui-ci regroupe environ 140 organisations sociales, universitaires et syndicales.

La propagation du virus s'est en effet accélérée, suite aux fêtes et vacances de fin d'année selon les autorités, atteignant un premier record avec plus de 18'000 cas en un jour le 8 janvier, puis un nouveau vendredi avec plus de 21'000 cas répertoriés sur 24 heures.

Long confinement

La situation «est ingérable, hors contrôle», alerte la docteure Rojas.

De nouvelles restrictions aux déplacements ont été imposées dans une douzaine des 32 départements colombiens, après neuf déjà la semaine dernière où Bogota avait été déclarée en «alerte rouge».

La Colombie a pourtant imposé l'un des confinements les plus longs du continent de mars à septembre 2020.

Mais le gouvernement l'avait progressivement assoupli face à la dégradation de la situation économique. Pour la première fois en vingt ans, la 4e économie d'Amérique latine est entrée en récession au troisième trimestre de 2020 et le chômage a grimpé à 16,8%.

Débâcle économique

L'équipe du président de droite Ivan Duque rejette l'hypothèse d'une nouvelle fermeture généralisée. «C'est totalement impensable quand nous savons à quel point cela affecte la pauvreté», a affirmé la vice-présidente Marta Lucia Ramirez à l'agence Colprensa.

De nombreux chiffons rouges, signal d'appel à l'aide alimentaire, sont réapparus aux fenêtres des quartiers défavorisés de Bogota, comme au début de la pandémie, dont le premier cas a été détecté en Colombie le 6 mars 2020 en provenance d'Italie.

Pour la docteure Rojas cependant, une partie du problème est due au «relâchement de la population du fait même du message transmis par le gouvernement pour réactiver l'économie».

Bien qu'affectée par un conflit armé de plus d'un demi-siècle, la Colombie n'a jamais connu autant de confinements et de couvre-feu.

Outre Bogota, capitale de huit millions d'habitants et principal foyer avec 31% des cas de covid-19, tous les départements et les villes dont les unités de soins intensifs (USI) dépassent les 70% de taux d'occupation sont confinés ce week-end.

Puis les déplacements resteront limités la semaine prochaine et dans certains cas des couvre-feu seront imposés. La fermeture des frontières terrestres et fluviales, en vigueur depuis près d'un an, a en outre été prolongée jusqu'au 1er mars.

Corps médical épuisé

Les médecins et les personnels infirmiers sont fatigués. Outre la pression due à la surcharge des hôpitaux, 80% d'entre eux travaillent comme contractuels, sans droit aux vacances ni aux primes, selon la docteure Rojas.

Munis de combinaisons de protection, de masques et visières, les personnels de l'hôpital Santa Clara de Bogota tentent néanmoins de sauver le plus de patients possible, allant d'un malade intubé à un autre gisant inconscient sur un lit, a constaté l'AFP.

Bien que la mairie de la capitale nie une saturation des USI dénoncée par le bureau du médiateur municipal, elle a admis que 93,9% des 1939 unités disponibles étaient occupées.

«Nous espérons bien sûr ne pas atteindre les 100%» d'occupation (...) nous travaillons à marche forcée» pour l'éviter, a assuré Manuel Gonzalez, sous-secrétaire à la Santé de Bogota, évoquant aussi la lutte contre une «pénurie mondiale» de médicaments.

A Bogota, déjà sous couvre-feu nocturne après le confinement du week-end dernier, la municipalité a limité, dès le 21 décembre, l'accès aux magasins à un jour sur deux, en fonction du dernier chiffre pair ou impair du document d'identité.

La Colombie, où le port du masque est obligatoire et les évènements de masse interdits, mise désormais sur l'immunisation.

Les vaccinations devraient débuter en février selon le gouvernement, qui dit avoir acquis des doses pour 29 millions de personnes auprès des laboratoires Pfizer/BioNTech, Janssen et AstraZeneca, ainsi que par le dispositif Covax, créé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en faveur des pays les plus pauvres.

Mais l'opposition et les corporations médicales dénoncent un manque de transparence, les autorités invoquant pour leur part des clauses de confidentialité signées avec les laboratoires.

Retour à la page d'accueil