France

Des manifestants battent le pavé contre le pass vaccinal

ATS

8.1.2022 - 18:24

Plusieurs manifestations contre le projet de pass vaccinal se sont déroulées samedi à travers la France, essentiellement dans le calme. Elles ont eu lieu quelques jours après les déclarations controversées d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés.

"A quand un vaccin du respect?" , #ontemmerde", "Confiance rompue", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants qui ont défilé à travers la France.
"A quand un vaccin du respect?" , #ontemmerde", "Confiance rompue", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants qui ont défilé à travers la France.
ATS

ATS

8.1.2022 - 18:24

Paris a vu plusieurs manifestations dont la plus importante a rassemblé quelques milliers de personnes à l'appel des Patriotes du candidat pro-Frexit à la présidentielle Florian Philippot, selon une journaliste de l'AFP. Ils ont défilé, sous la pluie, depuis la place du Palais royal jusqu'à la place Vauban derrière les Invalides.

L'ancien bras droit de Marine Le Pen a dénoncé «le pays de la tyrannie, de la ségrégation, où on met à part des millions de gens». Dans la foule, une bibliothécaire de 57 ans, se déclarant proche des idées de La France Insoumise et des écologistes, se dit «dérangée» par la personne de M. Philippot. Mais elle a tenu à protester contre «le pass qui devient une obligation vaccinale déguisée».

Une source de police a qualifié ce rassemblement de «tendu». Tout comme celui tenu boulevard de l'Hôpital (dans le sud-est de Paris), à l'initiative de gilets jaunes, avec «des velléités de certains membres radicaux de faire bouger la manifestation, mais cela a été vite contenu», selon cette source.

Le projet de loi sur le pass vaccinal, adopté par les députés jeudi, doit passer devant le Sénat la semaine prochaine.

«Confiance rompue»

À Lyon, une petite foule de manifestants de tous âges et peu masqués s'est rassemblée dans une ambiance bon enfant sur la place Bellecour, en centre-ville. Parmi eux quelques «gilets jaunes», des drapeaux tricolores et un rouge de la CGT. Slogans dénonçant «l'apartheid social» et huées contre le président Emmanuel Macron et son Premier ministre ont ponctué la manifestation.

À Bordeaux, entre 500 et 1000 personnes, selon la police, et 9000 selon les organisateurs, ont manifesté malgré la pluie sous les cris de «Macron on t'emmerde». «A quand un vaccin du respect?» , #ontemmerde», «Confiance rompue», pouvait-on lire sur les pancartes.

Emmanuel Macron a créé un tollé mardi en déclarant avoir «très envie d'emmerder» les non-vaccinés, en «limitant pour eux, autant que possible, l'accès aux activités de la vie sociale». Des propos qu'il a dit assumer «totalement» vendredi.

Une manifestante bordelaise, non-vaccinée contre le Covid-19 «mais pas antivaccin», a dit défiler «pour la première fois de sa vie» car les propos du président de la République ont «fait déborder le vase». A ses côtés, une autre manifestante, qui souhaite rester anonyme, se dit «outrée, en tant que mère de deux enfants» par «le manque de respect» du président.

Dans l'Est, 1250 manifestants ont défilé à Colmar et 1900 à Mulhouse, selon la préfecture du Haut-Rhin. Ils étaient 1500 à Strasbourg, selon la préfecture du Bas-Rhin. Les autorités avaient dénombré 121'000 manifestants contre la vaccination et le pass sanitaire sur l'ensemble du territoire le 11 septembre dernier, et quelque 237'000 participants le 7 août.

ATS