Des milliers de Rohingyas se retrouvent sans abri 

ATS

9.1.2022 - 19:09

Des milliers de Rohingyas se sont retrouvés sans abri après un incendie dans un camp de réfugiés au Bangladesh, à la frontière avec la Birmanie. C'est ce qu'a indiqué la police dimanche.

epa09091315 Residents of the Rohingya refugee camp in the aftermath of a huge fire in Cox's Bazar, Bagladesh, 23 March 2021. A huge fire raged at the Balukhali camp on March 22, destroyng 9,000 shelters and killing at least five poeple. According to the Chittagong Range Deputy Inspector General of Police (DIG) DIG Anwar Hossain, a seven-member probe committee, headed by the Cox's Bazar Refugee Relief and Repatriation commissioner, has been formed to further look into the accident. EPA/TANBIRUL MIRAJ RIPON
Deux grands incendies s'étaient déjà déclarés dans des camps en janvier 2021, laissant des milliers de Rohingyas sans abri et quatre écoles érigées par l'Unicef détruites. (archives)
KEYSTONE

ATS

9.1.2022 - 19:09

Près d'un million de Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, vivent dans des conditions misérables, dans des abris faits de bambous et de bâches, dans les camps du district bangladais de Cox's Bazar, après avoir fui en 2017 les persécutions militaires dans leur pays à majorité bouddhiste où ils sont considérés comme des clandestins.

«Environ 1200 maisons ont été détruites par l'incendie», laissant plus de 5000 personnes sans abri, a précisé à l'AFP Kamran Hossain, un porte-parole de la force de police qui supervise la sécurité dans le camp. Le feu, qui a démarré à 16h40 (11h40 en Suisse), a été maîtrisé vers 18h30, a-t-il dit.

Abdur Rashid, 22 ans, a raconté qu'il avait dû s'enfuir de sa maison en proie aux flammes: «Tout était brûlé. Mon bébé et ma femme étaient à l'extérieur. Il y avait beaucoup de choses dans la maison. J'ai sauvé 30'000 taka (environ 350 dollars) gagnés en travaillant, le reste de l'argent a été détruit par le feu». «Je suis désormais sans toit. J'ai perdu mon rêve», s'est-il désolé.

En mars 2021, au moins 15 Rohingyas sont morts et environ 50'000 ont été déplacés après un incendie qui a ravagé un immense camp de réfugiés dans le sud-est du Bangladesh. Deux grands incendies s'étaient déjà déclarés dans des camps en janvier 2021, laissant des milliers de Rohingyas sans abri et quatre écoles érigées par l'Unicef détruites.

Mohammad Yasin, 29 ans, a déploré le manque d'équipements anti-incendie dans les camps. «Les incendies sont fréquents. Nous n'avions aucun moyen de le combattre. Il n'y avait pas d'eau. Ma maison est brûlée. Beaucoup de mes documents, ramenés de Birmanie, sont détruits. Et il fait froid ici», a-t-il expliqué.

ATS