Guillaume Bigot Un éditorialiste de CNews séduit par le RN élu à Belfort

fb

8.7.2024 - 09:48

Séduit par Jordan Bardella, l'éditorialiste de CNews Guillaume Bigot a été élu de justesse dimanche député RN du Territoire-de-Belfort, ancien fief chevènementiste où il a été parachuté.

La campagne de Guillaume Bigot a été marquée par les accusations de "parachutage" faites par ses adversaires, une polémique sur sa méconnaissance de la circonscription de Belfort, ancien fief de Jean-Pierre Chevènement (archives).
La campagne de Guillaume Bigot a été marquée par les accusations de "parachutage" faites par ses adversaires, une polémique sur sa méconnaissance de la circonscription de Belfort, ancien fief de Jean-Pierre Chevènement (archives).
ATS

8.7.2024 - 09:48

Guillaume Bigot a été élu dans la 2e circonscription du Territoire-de-Belfort avec 50,59% des suffrages devant le député sortant du Nouveau front populaire Florian Chauche (LFI). «C'est un résultat d'une très courte tête qui montre à quel point notre pays a besoin d'une alternance», a-t-il estimé sur France 3 Franche-Comté.

Né le 14 novembre 1969 à Paris, Guillaume Bigot est diplômé de Science-Po. Politologue et essayiste, il a également enseigné au pôle universitaire Léonard-de-Vinci, créé par Charles Pasqua, avant d'en devenir le directeur. Il a ensuite dirigé le groupe Ipag business school Paris Nice (2008-2022).

Guillaume Bigot est chroniqueur pour CNews, la chaîne d'information en continu du groupe Canal+, filiale du groupe Vivendi et contrôlé par Vincent Bolloré.

Au cours de sa carrière, le chroniqueur politique a travaillé pour plusieurs médias tels que BFM Business, Europe 1, Sud Radio ou encore la revue de Michel Onfray «Front populaire».

Le RN a «radicalement changé»

Il fait ses premiers pas en politique en 2002 sous les couleurs du Pôle républicain de Jean-Pierre Chevènement, pour lequel il sera candidat en 2002 dans la 8e circonscription des Yvelines (1,4% des voix).

Après la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin, le président du Rassemblement national Jordan Bardella le «convainc que le parti a radicalement changé» et il se présente à Belfort.

«Ce qui m'a poussé à m'engager, c'est la volonté de lutter contre un système verrouillé et extrêmement contraint, celui des traités de libre-échange», a-t-il déclaré à l'AFP.

Sa campagne a été marquée par les accusations de «parachutage» faites par ses adversaires, une polémique sur sa méconnaissance de la circonscription, ainsi que par des escarmouches avec son adversaire LFI.

fb