Investissements

Des républicains font un pas vers Biden, sous conditions

ATS

5.4.2021 - 08:34

Des élus républicains ont indiqué dimanche qu'ils pourraient soutenir une version allégée du plan d'investissement dans les infrastructures du démocrate Joe Biden. Ils ont argué que le président américain pourrait ainsi remporter une «victoire facile», soutenue par les deux partis.

ATS

5.4.2021 - 08:34

Sen. Roy Blunt, R-Mo., holds a press conference at Springfield-Branson National Airport Monday, March 8, 2021, in Springfield, Mo. Sen. Blunt has announced he will not seek a third term in the U.S. Senate in 2022. (AP Photo/Jeff Roberson)
Le sénateur républicain Roy Blunt se dit prêt à soutenir les investissements prévus par Joe Biden, si celui-ci se concentre notamment sur les infrastructures classiques de transports et abandonne les dépenses visant à combattre le changement climatique. (archives)
KEYSTONE

Le sénateur républicain Roy Blunt a ainsi demandé aux démocrates de se focaliser sur les infrastructures classiques de transports notamment, et d'abandonner les dépenses plus importantes grâce auxquelles Joe Biden veut entre autres combattre le changement climatique.

«J'ai contacté deux fois la Maison Blanche pour leur dire: 'Vous pouvez remporter une victoire facile avec le soutien des deux bords si vous resserrez ce plan autour des infrastructures seules'», a affirmé Roy Blunt sur ABC. Rien n'empêcherait l'administration Biden d'essayer ensuite de faire passer le reste des mesures séparément, sans le soutien des républicains, a-t-il dit.

Le sénateur républicain a dit regretter que le plan en l'état prévoie plus de fonds pour des stations de recharge de véhicules électriques que pour des rénovations d'infrastructures comme les routes. «Quand les gens pensent aux infrastructures, ils pensent aux routes, aux ponts, aux ports et aéroports», a-t-il affirmé.

Ouverture significative

Cette ouverture de M. Blunt est d'autant plus significative que le chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell, a au contraire promis de «combattre» le plan Biden «à chaque étape».

Le président démocrate veut investir quelque 2000 milliards de dollars sur huit ans. Il compte financer son plan par une hausse de l'impôt sur les sociétés de 21% à 28%.



À la question de savoir s'il serait possible d'obtenir le soutien de certains républicains, le ministre des Transports Pete Buttigieg a répondu sur ABC: «Je crois que ça peut l'être.»

Le ministre a plaidé pour qu'une définition plus large des «infrastructures traditionnelles» soit acceptée, comprenant par exemple la construction d'installations pour fournir internet à haut débit ou le remplacement de canalisations en plomb. Il a répété que le plan pourrait créer jusqu'à 19 millions d'emplois.

Une donnée importante, a souligné Brian Deese, directeur du Conseil économique de la Maison Blanche, sachant que les Etats-Unis «comptent toujours 8,4 millions d'emplois en moins qu'il y a un an», avant la pandémie de Covid-19.

ATS