L'Australie n'entend pas cesser de vendre du charbon 

ATS

8.11.2021 - 07:14

L'Australie a affirmé lundi qu'elle continuera à vendre du charbon pendant «des décennies» après avoir rejeté un accord visant à abandonner progressivement ce combustible fossile polluant afin de limiter le changement climatique. Elle a cependant dévoilé le mois dernier un objectif de neutralité carbone en 2050.

ATS

8.11.2021 - 07:14

FILE - In this July 2, 2014 file photo, smoke billows out of a chimney stack of steel works factories in Port Kembla, south of Sydney. Australia's government repealed a much-maligned carbon tax on the nation's worst greenhouse gas polluters on Thursday, July 17, 2014, ending years of contention over a measure that became political poison for the lawmakers who imposed it. The Senate voted 39 to 32 to axe the 24.15 Australian dollar ($22.60) tax per metric ton of carbon dioxide that was introduced by the center-left Labor government in July 2012. (AP Photo/Rob Griffith, File)
La demande en charbon doit augmenter jusqu'en 2030, a assuré le ministre. «Si nous ne remportons pas ce marché, quelqu'un d'autre le remportera», a déclaré le ministre australien des ressources, Keith Pitt. (archives Sydney))
KEYSTONE

Une quarantaine de pays se sont engagés à sortir du charbon dans les décennies à venir, lors de la conférence sur le climat COP26 de Glasgow. L'Australie, comme plusieurs pays grands consommateurs de charbon tels que la Chine et les Etats-Unis, n'a pas signé cet engagement.

«Nous avons très clairement dit que nous ne fermerons pas nos mines de charbon ni nos centrales à charbon», a martelé le ministre australien des ressources, Keith Pitt à la chaîne ABC. Défendant la décision australienne, M. Pitt a assuré que son pays bénéficiait de la meilleure qualité de charbon au monde.

Neutralité carbone

«Et c'est pourquoi nous continuerons d'avoir des marchés pendant des décennies à l'avenir. Et s'ils achètent... bien, nous vendons». La demande en charbon doit augmenter jusqu'en 2030, a assuré le ministre. «Si nous ne remportons pas ce marché, quelqu'un d'autre le remportera», a-t-il ajouté.

«Je préférerais de loin qu'il s'agisse d'un produit australien de haute qualité, qui fournit des emplois australiens et construit l'économie australienne, plutôt que d'un [charbon, ndlr] venant d'Indonésie, de Russie ou d'ailleurs».

L'Australie, un des plus grands producteurs de charbon et de gaz naturel au monde, a connu ces dernières années des événements extrêmes – sécheresses, feux de forêt et inondations – amplifiés par le changement climatique.

Le gouvernement du premier ministre Scott Morrison a dévoilé le mois dernier un objectif de neutralité carbone en 2050, mais ce plan a été critiqué pour son manque de détails et le fait qu'il repose en grande partie sur des innovations technologiques encore inconnues.

ATS