Bosnie-Herzégovine

L'entité serbe de Bosnie célèbre ses 30 ans

ATS

9.1.2022 - 23:49

Les dirigeants de la Republika Srpska ont célébré dimanche les 30 ans de cette entité des Serbes de Bosnie par un défilé de ses forces policières et un appel à la paix, dans un contexte de tentations sécessionnistes qui déstabilisent ce pays balkanique divisé.

Le leader politique des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik, deuxième à gauche, tient un gâteau marquant la Saint-Etienne, le saint patron de la République de Srpska, et le 30e anniversaire avec le patriarche de l'Église orthodoxe serbe Porfirije, quatrième à gauche, Premier ministre de la Republika Srpska Zeljka Cvijanovic, troisième à droite, et le maire de Banja Luka, Drasko Stanivukovic, deuxième à droite, à Banja Luka, dans le nord de la Bosnie, dimanche 9 janvier 2022.
Le leader politique des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik, deuxième à gauche, tient un gâteau marquant la Saint-Etienne, le saint patron de la République de Srpska, et le 30e anniversaire avec le patriarche de l'Église orthodoxe serbe Porfirije, quatrième à gauche, Premier ministre de la Republika Srpska Zeljka Cvijanovic, troisième à droite, et le maire de Banja Luka, Drasko Stanivukovic, deuxième à droite, à Banja Luka, dans le nord de la Bosnie, dimanche 9 janvier 2022.
KEYSTONE

ATS

9.1.2022 - 23:49

Quelque 2700 personnes, dont plus de 800 membres des forces policières de la Republika Srpska (RS), ont participé à un défilé sur le principal boulevard de Banja Luka (nord), chef-lieu de cette entité autonome de Bosnie dont les dirigeants évoquent régulièrement l'idée d'indépendance.

Plusieurs échelons policiers, dont des forces antiterroristes, des forces spéciales ou encore la gendarmerie ont été alignés, à la fin du défilé, face aux dirigeants de la RS, dont Milorad Dodik, membre serbe de la présidence collégiale de Bosnie.

«Nous avions formé la Republika Srpska parce que nous savons qu'il n'y a pas de liberté pour le peuple serbe s'il n'a pas son Etat», a lancé Milorad Dodik. «La Republika Srpska est notre Etat, quoi qu'on dise (...) Notre objectif est la paix et la défense de notre liberté», a-t-il ajouté.

Ce dernier a lancé récemment un processus de retrait de la RS de plusieurs institutions de l'Etat central bosnien, l'armée, la justice et les impôts, en s'attirant les foudres des Etats-Unis qui ont annoncé en milieu de semaine de nouvelles sanctions financières contre cet homme politique, ancien favori des Occidentaux devenu pro-russe. Il est accusé par Washington de menacer «la stabilité de la Bosnie-Herzégovine et de toute la région» des Balkans.

«C'est à vous que je dois obéir»

Depuis la fin de la guerre inter-communautaire (1992-95), la Bosnie est composée de deux entités, la RS et une fédération croato-musulmane, unies par un gouvernement central, initialement faible mais renforcé au fil des ans sous la pression des Occidentaux, au grand dam des Serbes de Bosnie.

Les Serbes bosniens célèbrent dimanche la proclamation le 9 janvier 1992 d'une «République des Serbes de Bosnie», trois mois avant le début du siège de Sarajevo et d'un conflit qui allait faire 100'000 morts. Leurs élites politiques s'opposaient à l'époque à l'indépendance de la Bosnie de la fédération yougoslave, alors déjà quittée par la Croatie et la Slovénie.

Plusieurs milliers de personnes ont assisté au défilé à Banja Luka. «C'est à vous que je dois obéir. J'ai été élu en votre nom, pas pour faire ici ce que les Américains veulent, mais ce que veut ce peuple», a dit Milorad Dodik.

ATS