Médias Léger mieux pour la liberté de la presse avec la fin du Covid

om, ats

3.5.2023 - 06:00

La liberté de la presse s'est améliorée en un an, en Suisse. Le travail des journalistes, lui, se complique.
La liberté de la presse s'est améliorée en un an, en Suisse. Le travail des journalistes, lui, se complique.
ATS

La Suisse se classe 12e sur 180 pays en matière de liberté de la presse. En 2022, elle occupait la 14e place du classement de Reporters sans frontières, selon un classement paru ce mercredi. Des aspects restent cependant problématiques dans le pays.

3.5.2023 - 06:00

La raison principale de la progression suisse s'explique par la fin de la pandémie de Covid-19. Selon Reporters sans frontière (RSF), «cela a permis d'atténuer un climat d'intimidation, d'hostilité et même de violence physique sans précédent de la part des opposants aux mesures pandémiques.

Ces diverses formes d'agressions avaient fait reculer la Suisse de la 10e à la 14e place en 2022. Ce niveau de la liberté de la presse n'est toutefois pas revenu au niveau de 2021. Il n'est considéré que comme «plutôt bon» par RSF.

Secret bancaire encore délicat

Trois raisons à cette situation: en 2022, le Parlement a modifié les règles concernant les mesures super-provisionnelles qui peuvent être utilisées contre les médias. Un tribunal peut désormais différer une publication si une personne ou une société s'estime affectée par un sujet ou un reportage à paraître. Jusque-là, il fallait prouver des conséquences particulièrement graves pour qu'une diffusion puisse être différée, relève l'organisation.

Par ailleurs, les journalistes suisses risquent jusqu'à trois ans de prison pour des reportages basés sur des fuites ou des vols de données bancaires. Même en cas d'intérêt public et d'informations vérifiées, celles-ci ne sont pas protégées par la liberté de la presse, pourtant garantie tant par la Constitution fédérale que par la Convention européenne des droits de l'homme, déplore l'ONG.

Enfin, la situation économique de nombreux médias reste fragile, ce qui a un impact sur la diversité des médias et la pluralité d'opinions.

Norvège en tête

Reporters sans frontières juge la liberté des médias comme «bonne» ou «plutôt bonne» dans 52 pays. Dans ce classement, la Norvège conserve sa première place pour la septième année consécutive.

Le pays scandinave devance l'Irlande (2e), le Danemark (3e) et les Pays-Bas (4e). Pour l'ONG, la liberté des médias est «difficile» dans 42 pays et «très mauvaise» dans 31 autres. Dans 55 pays, elle est carrément problématique, à l'instar du Vietnam (178e), de la Chine (179e) et de la Corée du Nord (180e).

Ce classement de RSF est dévoilé annuellement chaque 3 mai, à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

om, ats