Appel du CICR

L'ONU déjà très inquiète pour la situation en hiver en Ukraine

sn, ats

3.6.2022 - 12:10

L'ONU estime qu'il faudra pouvoir aider jusqu'à 25 millions de personnes en Ukraine jusqu'à la fin de l'année si la guerre se poursuit. Vendredi à Genève, elle s'est déjà dite très inquiète de la situation qui pourrait être observée en hiver.

L'ONU estime qu'il faut accélérer le rétablissement des habitations d'ici la fin de l'année en Ukraine pour aider les civils dans ce pays (archives).
ATS

sn, ats

3.6.2022 - 12:10

Il faudra prévoir «un financement» en conséquence avec cet objectif, a affirmé à la presse à Genève depuis Kiev celui qui est en charge de piloter la réponse de l'ONU dans ce pays, Amin Awad. Si les violences se terminent, cet argent pourra être utilisé déjà pour accompagner les déplacés qui reviennent dans leurs habitations ou pour le rétablissement des infrastructures ou des maisons.

Dans une déclaration auparavant, M. Awad avait estimé que la guerre en Ukraine «ne fera aucun vainqueur», relevant une situation humanitaire «sans précédent». Il appelle le G7 et les différents acteurs à accélérer les approvisionnements pour être certains que les importations requises arrivent à temps pour l'hiver. Sans action adaptée et rapide, «nous allons avoir un problème», a-t-il admis.

Selon la cheffe du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) en Ukraine, l'urgence est «d'augmenter les réparations» des habitations. Les besoins vont continuer à s'étendre pendant un certain temps, a-t-elle encore dit.

Au total, près de 7 millions de personnes sont réfugiées. Auxquelles s'ajoutent davantage encore de déplacés internes. Parmi celles-ci, 4,5 millions ont retrouvé leurs habitations, mais seuls deux tiers disent être certaines de rester.

Appel du CICR

Indication prometteuse, la vaccination contre le coronavirus s'est accélérée, a fait remarquer un responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais les assauts contre les centres de santé augmentent et ont dépassé les 250.

«Il serait difficile d'exagérer» les effets de cette guerre, affirme de son côté le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Robert Mardini. Outre les évacuations de nombreuses personnes de Marioupol (sud-est), l'organisation a pu voir un certain nombre de prisonniers de guerre.

«Les parties doivent encore nous donner un accès à tous» parce que la possibilité de voir quelques-uns parmi eux «ne suffit pas», dit encore le directeur général.

Débloquer les exportations de blé

Les différents acteurs onusiens ont à nouveau appelé à trouver rapidement une solution pour débloquer les exportations de blé. Au total, 47 millions de personnes pourraient se retrouver dans une situation alimentaire grave, a rappelé le chef du Programme alimentaire mondial (PAM) en Ukraine. M. Awad ne veut pas spéculer sur les compensations que la Russie pourrait vouloir dans cette affaire.

sn, ats