La femme de Navalny «inquiète» après l'avoir vu en prison

ATS

14.4.2021 - 08:25

La femme de l'opposant russe Alexeï Navalny, Ioulia Navalnaïa, a dit mardi être «inquiète» pour la santé de son mari, malade et en grève de la faim, après l'avoir vu dans sa colonie pénitentiaire.

ATS

14.4.2021 - 08:25

Wife of Russian opposition leader Alexei Navalny, Yulia arrives to lay flowers near the place where Russian opposition leader Boris Nemtsov was gunned down, in Moscow, Russia, Saturday, Feb. 27, 2021. People gathered at the Moskvoretsky (Moscow River's) Bridge near the Kremlin in remembrance of a Russian opposition leader who was gunned down six years ago while walking on a bridge adjacent to the Kremlin. The 55-year-old Nemtsov was one of Russia's most energetic and charismatic opposition figures. His killing was a blow to forces opposing President Vladimir Putin. (Evgeny Feldman, Meduza via AP)
Ioulia Navalnaïa a raconté sur Instagram avoir pu rendre visite à son époux mardi et avoir pu communiquer avec lui au téléphone et à travers une vitre en verre. (archives)
KEYSTONE

Alexeï Navalny, 44 ans, a annoncé le 31 mars arrêter de s'alimenter pour protester contre ses conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser l'accès à un médecin alors qu'il souffre d'une double hernie discale selon ses avocats.

Ioulia Navalnaïa a raconté sur Instagram avoir pu lui rendre visite mardi et avoir pu communiquer avec lui au téléphone et à travers une vitre en verre.

«Il est tout aussi joyeux et jovial, mais il parle avec difficulté et de temps en temps, il raccrochait pour s'allonger sur la table et se reposer», a-t-elle écrit. «Je sais qu'il n'abandonnera pas (...) mais après cette visite, je m'inquiète encore plus à son propos», a-t-elle ajouté.

9 kilos de perdus

Selon elle, l'administration pénitentiaire continue de refuser l'accès à un médecin à son mari, qui pèse désormais 76 kilogrammes, soit 9 kg de moins qu'au début de sa grève de la faim.

Alexeï Navalny est incarcéré pour deux ans et demi en raison d'une affaire de fraude remontant à 2014, largement vue comme un prétexte pour l'emprisonner. Lundi, il a accusé les autorités de vouloir l'alimenter de force.

ATS