Une «bombe climatique» La Sibérie suffoque ! Plus de 40°C enregistrés, du jamais vu

bluenews NB /  AFP

15.6.2023

Depuis plus d'une semaine, la Sibérie connaît une vague de chaleur exceptionnelle. Les températures ont même dépassé les 40 °C. Du jamais vu !

Un cliché du lac Baïkal situé dans le sud de la Sibérie.. Il constitue la plus grande réserve d'eau douce liquide à la surface de la Terre.
Un cliché du lac Baïkal situé dans le sud de la Sibérie.. Il constitue la plus grande réserve d'eau douce liquide à la surface de la Terre.
IMAGO/Pond5

bluenews NB /  AFP

15.6.2023

Les températures enregistrées sont 15 à 20 degrés plus élevées que les normales saisonnières pour un mois de juin.

Les stations météorologiques opèrent depuis 50 à 70 ans, ce qui fait de cette vague de chaleur la plus intense jamais enregistrée dans cette région, et cela malgré le fait que nous ne soyons qu'au début du mois de juin.

Les records enregistrés ces derniers jours :

  • 40,1 °C à Klioutchi mercredi 7 juin
  • 39,6 °C à Baevo mercredi 7 juin
  • 38,5 °C à Barnaoul mercredi 7 juin
  • 37,9 °C à Jalturovosk samedi 3 juin

«La Sibérie est l'une des régions de la planète qui se réchauffe le plus rapidement, avec des températures extrêmes de plus en plus intenses», avait déclaré sur CNN Omar Baddour, chef des services de surveillance du climat et d'élaboration des politiques à l'Organisation météorologique mondiale.

Une différence de 90°C entre l'été et l'hiver !

En hiver, cette province peut connaître des températures extrêmement froides, descendant jusqu'à environ -50°C.

Une différence de 90°C est désormais enregistrée entre ces épisodes extrêmes pendant l'été et l'hiver. Ces phénomènes se produisent à différentes intensités dans cette vaste région qui couvre environ 13,1 millions de kilomètres carrés.

Une potentielle «bombe climatique»

Ayant déjà essuyé la vague de chaleur la plus extrême au monde en 2020, la Sibérie a exhalé des émissions de méthane provenant du pergélisol, la fameuse couche de glace recouvrant une partie de la Terre et constituant l'un des plus grands puits de carbone au monde, mais qui fond à vue d'œil sous l'effet du réchauffement climatique.

L'un des plus grands dangers de la fonte du pergélisol est de libérer des quantités astronomiques de gaz à effet de serre, tels que le carbone ou le méthane. Si la taille des stocks de carbone et l'ampleur des émissions possibles de méthane en provenance de l'Arctique font encore l'objet de grandes incertitudes, des scientifiques à l'origine d'un nouveau rapport alertent toutefois sur la nécessité de continuer les recherches et de surveiller cette potentielle «bombe climatique».

Les températures plongent jusqu'à -48°C en Sibérie!

Les températures plongent jusqu'à -48°C en Sibérie!

Des températures extrêmes, même pour les habitants de la ville la plus froide au monde.

15.01.2023