«La loi ignore l'arbre»

Contre les dégradations, une ville met un prix sur ses arbres

ATS

26.3.2022 - 08:31

Pour protéger ses arbres des dégradations, la ville de Rochefort est en train de leur attribuer une valeur en euros, s'appuyant sur un «barème de l'arbre» de plus en plus utilisé, qui permet d'évaluer les dommages en cas de dégradation.

Quelque 640 villes en France se sont lancées dans cette opération. Certains arbres peuvent valoir plusieurs dizaines de milliers de francs.
ATS

ATS

26.3.2022 - 08:31

«Dernièrement, un riverain a estimé que trois frênes le gênaient devant chez lui, alors il les a coupés», raconte à un correspondant de l'AFP Christèle Morin, adjointe au maire LR de Rochefort Hervé Blanché, en charge des Espaces verts.

«Dans un parc, des jeunes se sont amusés à arracher l'écorce. Parfois ce sont des travaux de terrassement qui détruisent le système racinaire. Mais les arbres c'est la vie, ça nous fait respirer! Les gens ont oublié ce phénomène et les traitent comme du mobilier urbain», déplore-t-elle.

Pour lutter contre ces dégradations, le service municipal qu'elle dirige calcule en ce moment leur valeur financière. Ainsi le majestueux hêtre qui surplombe le port de plaisance de la ville berceau du navire L'Hermione vient d'être estimé à 26'000 euros. La trentaine de platanes qui bordent le boulevard de la Résistance valent désormais entre 6000 et 10'000 euros chacun. Les 11'000 arbres que compte la ville vont tous être estimés.

Double barème

Ce barème, élaboré par diverses institutions publiques et privées, s'articule autour de deux notions. La «Valeur intégrale évaluée» de l'arbre, exprimée en euros, intègre l'âge, les dimensions, l'espèce, le caractère remarquable ou non de l'arbre et son environnement paysager.

Ensuite un second calcul est effectué pour définir le «Barème d'évaluation des dégâts» causés à l'arbre, qui permet d'estimer le préjudice en cas de dommages. Un montant auquel s'additionnent «le coût des heures d'intervention des agents et la location du matériel», souligne Eric Bourdajaud, directeur des Espaces verts rochefortais.

Ce double barème de l'arbre est disponible sur le site internet éponyme depuis deux ans mais de tels modes de calcul existaient bien avant.

«La loi ignore l'arbre»

«Les premiers sont le fait d'associations ou de collectivités. Ils remontent aux années 1960, détaille François Freytet, membre de Copalme et co-créateur de cet «outil modernisé, plus accessible et qui entre dans un ensemble de dispositions de protection de l'arbre déjà existantes».

Outre Rochefort, port de quelque 25'000 habitants, plus de 640 villes ont adopté le barème de l'arbre pour protéger une végétation urbaine régulièrement malmenée. Le site baremedelarbre.fr recense des utilisateurs comme les municipalités de Lyon, Grenoble, Nancy, Orléans ou encore l'Office national des forêts (ONF).

Les compagnies d'assurances ne le reconnaissent pas officiellement mais «on n'a pas de retour d'une assurance qui le refuse», indique François Freytet.

«En revanche, ajoute-t-il, la loi ignore l'arbre, notamment au profit de la propriété privée. Des réflexions sont en cours pour une prise en compte».

ATS