Malgré des «différences majeures»

Le chef de l'Otan reste ouvert au dialogue avec Moscou

ATS

12.1.2022 - 16:10

Des «différences majeures» ont été constatées avec Moscou sur la sécurité en Europe, mais les pays de l'Otan restent ouverts au dialogue, a affirmé mercredi le chef de l'Alliance atlantique à l'issue d'une réunion du conseil Otan-Russie à Bruxelles.

Les Russes Alexander Fomin et Sergei Ryabkov avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg à Bruxelles. Selon ce dernier: "La discussion n'a pas été aisée. Les échanges ont été directs sur la situation en Ukraine et des différences majeures ont été constatées sur la sécurité en Europe".
Les Russes Alexander Fomin et Sergei Ryabkov avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg à Bruxelles. Selon ce dernier: "La discussion n'a pas été aisée. Les échanges ont été directs sur la situation en Ukraine et des différences majeures ont été constatées sur la sécurité en Europe".
ATS

ATS

12.1.2022 - 16:10

«La discussion n'a pas été aisée. Les échanges ont été directs sur la situation en Ukraine et des différences majeures ont été constatées sur la sécurité en Europe», a expliqué Jens Stoltenberg à l'issue d'une réunion de plus de trois heures au siège de l'Alliance avec Alexandre Grouchko, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

«Nos différences ne seront pas faciles à surmonter», a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'Otan a aussi fait valoir que les pays membres avaient proposé «un ensemble de réunions pour traiter d'un ensemble de questions».

Mais, a-t-il poursuivi, «la Russie n'a pas été en mesure d'agréer cette proposition (de dialogue), même si elle ne l'a pas rejetée».

«Les alliés restent lucides», a-t-il souligné. «La Russie a massé 100'000 soldats, des blindés, de l'artillerie, des drones aux frontières avec l'Ukraine et elle tient un discours menaçant. C'est ça le problème», a-t-il insisté.

«Nous devons nous préparer à ce que la Russie opte pour la confrontation. Il y a eu des antécédents. Ce serait une erreur stratégique grave qui aurait des conséquences graves», a encore indiqué l'ex-premier ministre norvégien.

C'est la première fois depuis juillet 2019 que le conseil Otan-Russie, instance de dialogue et de consultation, se réunissait.

ATS