Le Japon prolonge ses restrictions aux frontières

ATS

11.1.2022 - 08:42

Le Japon a annoncé mardi la prolongation jusqu'à fin février des restrictions interdisant l'entrée de la plupart des ressortissants étrangers sur son sol. Il va également rouvrir des centres de vaccination de masse pour lutter contre le variant Omicron.

Japanese Prime Minister Fumio Kishida speaks to the media at the prime minister's official residence in Tokyo, on Jan. 6, 2022. Kishida said Sunday, Jan. 9, Japan and the U.S. have reached âÄœa basic agreementâĝ on banning the U.S. military from leaving base grounds, amid growing worries about a sharp rise in coronavirus cases. (Kyodo News via AP)
«Nous allons maintenir nos mesures de contrôle aux frontières jusqu'à fin février, tout en prenant les mesures nécessaires d'un point de vue humain et en considérant l'intérêt national», a déclaré le premier ministre Fumio Kishida. (archives)
KEYSTONE

ATS

11.1.2022 - 08:42

«Nous allons maintenir nos mesures de contrôle aux frontières jusqu'à fin février, tout en prenant les mesures nécessaires d'un point de vue humain et en considérant l'intérêt national», a déclaré le premier ministre Fumio Kishida.

Des médias locaux ont rapporté que des exceptions à ces strictes mesures étaient à l'étude pour les ressortissants étrangers ayant de la famille japonaise ou pour les étudiants étrangers, mais aucune annonce officielle n'avait été faite mardi.

Dose de rappel

Le gouvernement va aussi rouvrir des centres de vaccination gérés par les forces d'auto-défense japonaises et demander aux collectivités locales de rouvrir leurs propres sites de vaccination à grande échelle pour accélérer l'administration des doses de rappel, a précisé M. Kishida.

Le Japon a mis en place des mesures de contrôle drastiques à ses frontières, incluant une période de quarantaine et des tests fréquents pour toutes les personnes entrant sur son territoire. Mais ces efforts n'ont pas empêché la propagation du variant Omicron et le nombre de cas quotidiens recensés est en nette augmentation. Au niveau national, la moyenne hebdomadaire a ainsi été multipliée par dix au cours de la dernière semaine.

«Le variant Omicron est censé engendrer moins de cas graves, mais si le nombre total d'infections augmente, les cas graves augmenteront aussi et cela mettra sous pression le système hospitalier», a averti M. Kishida, demandant à la population de rester vigilante.

ATS