Le navire de SOS Méditerranée bloqué en Italie

sn, ats

11.1.2022 - 21:07

epa09569974 The Sea Eye 4 ship carrying some 850 migrants rescued in various rescue operations carried out in the last few days in the Mediterranean sea, docks in the port of Trapani, Sicily island, southern Italy, 07 November 2021. EPA/CARMELO IMBESI
Le navire Sea Eye 4 transportant quelque 850 migrants secourus lors des différentes opérations de sauvetage menées ces derniers jours en mer Méditerranée.
KEYSTONE

Le navire de SOS Méditerranée est bloqué dans le port de Trapani, en Italie, moins de deux ans après une précédente détention administrative. Il a été inspecté lundi pendant plus de 11 heures, a affirmé mardi à Genève l'ONG de sauvetage en mer.

sn, ats

11.1.2022 - 21:07

Après une rétention de cinq mois en juillet 2020, des efforts administratifs et techniques avaient été déployés pour répondre aux nouvelles exigences de sécurité italiennes. Des changements qui avaient alors permis de libérer le navire.

Lundi, des contrôles ont identifié des déficiences sur des infrastructures d'accueil des migrants sur le pont arrière. La validation de celles-ci comme cargaison, il y a deux ans et demi, a été remise en cause.

Sécurité en jeu

Le contrôle a mis en évidence «diverses irrégularités de nature technique pouvant compromettre la sécurité des équipages et des personnes récupérées à bord», ont indiqué pour leur part les gardes-côtes italiens dans un communiqué dans la soirée.

«Ont été identifiées en particulier, et entre autres, des irrégularités comme le mauvais fonctionnement de l'alimentation électrique à bord, essentielle en cas de situation critique en mer, et la présence de matières inflammables gardées dans des pièces du navire non adaptées», assurent les gardes-côtes.

Dénonçant «un système de gestion de la sécurité à bord défectueux», les autorités ont imposé «un blocage administratif» du navire tant que les irrégularités ne seront pas résolues.

Retards

Plus de 5100 migrants ont été acheminés dans ces infrastructures, dont près de 2900 personnes secourues l'année dernière lors d'une trentaine d'opérations de sauvetage. La directrice générale de SOS Méditerranée Suisse Caroline Abu Sa'Da déplore un «sixième contrôle» en moins de trois ans.

Des retards vont être pris dans les sauvetages, alors que près de 250 personnes se sont noyées en décembre dernier, estime aussi l'ONG de sauvetage en mer.

sn, ats