Le parti au pouvoir remporte les élections, fraudes dénoncées

clsi

31.10.2021 - 15:15

L'opposition géorgienne a rejeté dimanche comme frauduleux les résultats du deuxième tour des élections municipales en Géorgie, remporté par le parti au pouvoir. Elle a appelé ses partisans à manifester.

Le dirigeant du MNU, Nika Melia, a assuré que l'opposition n'allait pas reconnaître ces résultats, en accusant le Rêve géorgien d'avoir "volé les élections".
ATS

clsi

31.10.2021 - 15:15

Cet appel intervient alors que le chef de l'opposition, l'ancien président Mikheïl Saakachvili, emprisonné, fait une grève de la faim depuis un mois.

Président pro-occidental de ce pays du Caucase de 2004 à 2013 et maintenant considéré comme le principal opposant, M. Saakachvili a été emprisonné début octobre à son retour d'exil juste avant le premier tour des élections. Il a aussitôt entamé une grève de la faim pour protester contre cette détention, selon lui purement politique, et la poursuit depuis.

Elections «volées»

Le deuxième tour des élections a eu lieu samedi dans certaines communes de cette ex-république soviétique, notamment dans les grandes villes.

Le parti Rêve géorgien a remporté de peu ces élections dans 19 sur 20 municipalités où ses candidats affrontaient ceux du Mouvement national uni (MNU) de M. Saakachvili, selon la Commission électorale centrale.

«Je félicite tout le monde pour notre victoire au deuxième tour, nous avons gagné toutes les villes», a déclaré le Premier ministre Irakli Garibachvili à la télévision. Pour sa part, le dirigeant du MNU, Nika Melia, a assuré que l'opposition n'allait pas reconnaître ces résultats, en accusant le Rêve géorgien d'avoir «volé les élections».

M. Melia a ensuite annoncé qu'une manifestation de protestation contre les résultats des élections aurait lieu dimanche soir devant le Parlement.

Intimidations, achats de votes

Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) ont de leur côté estimé dimanche que les élections avaient été «bien organisées du point de vue technique», tout en exprimant leur préoccupation par des cas «d'intimidation, d'achat de votes et de pressions sur les candidats et les électeurs».

L'OSCE a déjà pointé du doigt ces violations présumées à l'issue du premier tour des élections. «Le parti au pouvoir a bénéficié de nouveau d'un avantage indu», ont affirmé les observateurs dans un communiqué. Le pouvoir avait crié victoire après le premier tour le 2 octobre, tandis que l'opposition parlait de fraude.

L'emprisonnement de M. Saakachvili a encore aggravé dans ce pays la crise politique qui a commencé avec les législatives de l'an dernier, gagnées très étroitement par le Rêve géorgien et considérées comme frauduleuses par l'opposition.

clsi