Côte d'Ivoire

Le président du Parlement ivoirien salue le retour de l'opposition

ATS

1.4.2021 - 17:31

Tous les partis de l'opposition ivoirienne ont participé aux dernière législatives, contrairement à la présidentielle d'octobre 2020 qu'ils avaient boycottée.
ATS

Le président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, Amadou Soumahoro, a salué jeudi «le retour de l'opposition» dans l'hémicycle, à l'occasion de la rentrée des députés élus lors des législatives du 6 mars. Il a appelé au «dialogue» et à la recherche du consensus.

ATS

1.4.2021 - 17:31

«La présente législature s'ouvre au moment où notre pays renoue avec la stabilité, la paix retrouvée et le retour de l'opposition dans le jeu démocratique», a déclaré M. Soumahoro, y voyant des «signes encourageants qui méritent d'être salués».

Selon lui, «le contexte actuel ne devrait accorder aucune place à la division, à la haine ou à l'intolérance». «C'est par le dialogue constructif, la recherche du consensus, et par-dessus tout, par notre adhésion aux valeurs de la démocratie, que nous saurons préserver la paix et la stabilité politique retrouvées», a-t-il plaidé.

Législatives dans le calme

Réélu mardi à la tête de l'Assemblée nationale, M. Soumahoro est membre du parti au pouvoir, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), et proche du président Alassane Ouattara.

Le RHDP a remporté la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec 137 sièges sur 254, contre 91 aux partis d'opposition, lors des législatives de mars. Seize députés élus en indépendants se sont ralliés au groupe RHDP, selon ce parti.

Les dernière législatives se sont déroulées dans le calme et avec la participation de tous les grands partis d'opposition, contrairement à la présidentielle d'octobre 2020 qu'ils avaient boycottée et lors de laquelle des violences électorales avaient fait une centaine de morts.

La rentrée parlementaire de ce jeudi s'est déroulée au lendemain de l'acquittement définitif de crimes contre l'humanité de l'ex-président Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale (CPI). Cette décision devrait accélérer son retour à Abidjan après dix ans d'absence.

Son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), a participé aux législatives, une première alors qu'il boycottait toutes les élections depuis dix ans.

ATS