Le retrait d'Afghanistan est maintenu au 31 août

ATS

25.8.2021 - 00:50

Confronté à un ultimatum des talibans, le président américain Joe Biden a confirmé mardi la date butoir du 31 août pour terminer la «mission» de l'armée américaine en Afghanistan. Le nouveau régime afghan ne doit cependant pas «entraver» les évacuations à Kaboul.

ATS

25.8.2021 - 00:50

Afghanistan: Biden confirme le retrait des troupes américaines au 31 août

Afghanistan: Biden confirme le retrait des troupes américaines au 31 août

Confronté à un ultimatum des talibans, Joe Biden a confirmé mardi la date butoir du 31 août pour terminer la «mission» de l'armée américaine en Afghanistan, à condition que le nouveau régime afghan n'entrave pas l'évacuation de ceux qui veulent fuir Kaboul.

25.08.2021

Lors d'un sommet virtuel avec ses homologues du G7, le président des Etats-Unis a opposé une fin de non-recevoir aux alliés de Washington qui plaidaient avec insistance pour une prolongation de la présence militaire américaine, afin de laisser plus de temps aux exfiltrations d'Afghans jugés à risque dans leur propre pays depuis la prise du pouvoir par les talibans.

«Nous sommes actuellement sur la voie de terminer d'ici au 31 août» la «mission» visant à «évacuer les gens aussi efficacement et sûrement que possible», a-t-il déclaré lors d'une allocution retardée à plusieurs reprises. Mais le respect de ce délai «dépend» de la coopération des talibans pour «permettre l'accès à l'aéroport» des candidats au départ, a-t-il prévenu

Il les a mis en garde contre toute «entrave» à ces opérations difficiles. Joe Biden a précisé avoir «demandé au Pentagone et au département d'Etat des plans d'urgence pour ajuster le calendrier si cela devait être nécessaire».

«Risque grave» de l'EI

Le 46e président des Etats-Unis d'Amérique avait lui-même fixé cette date du 31 août pour le retrait total des forces étrangères, après avoir dans un premier temps évoqué l'échéance fortement symbolique du 11 septembre, vingtième anniversaire des attentats de 2001 à New York et Washington.

Pour justifier son maintien après avoir été pris au dépourvu par la victoire-éclair des talibans sur l'armée gouvernementale à la faveur de ce retrait américain, il a invoqué mardi le «risque grave et croissant d'une attaque» de l'Etat islamique. «Chaque jour d'opérations apporte un risque supplémentaire pour nos troupes» de la part de cette organisation, qui «cherche à viser l'aéroport et attaquer les forces américaines et alliées ainsi que les civils innocents», a-t-il martelé.

La «ligne rouge» des talibans

Le dirigeant démocrate a fait valoir que Washington avait déjà contribué à l'évacuation de 70'700 personnes, dont 4000 ressortissants américains, depuis la mise en place du pont aérien le 14 août, veille de l'entrée des talibans dans Kaboul et de leur prise du pouvoir.

Des milliers d'Afghans sont massés depuis des jours à l'aéroport de la capitale, certains avec leur famille entière, dans l'espoir de pouvoir entrer et monter dans un des avions affrétés par les Occidentaux qui se succèdent sur le tarmac.

Avant l'annonce du président américain, les talibans avaient énergiquement répété leur opposition «ferme» à toute extension des évacuations au-delà du 31 août, présentée la veille comme une «ligne rouge».

ATS