Variant Mu

Prédominant en Colombie, il est «peu présent» en France

ATS

3.9.2021 - 16:24

ATS

3.9.2021 - 16:24

Le nouveau variant du coronavirus, baptisé Mu, identifié pour la première fois en Colombie en janvier, est pour le moment «peu présent en France», a indiqué vendredi l'agence Santé publique France. L'OMS estime que ce variant pourrait potentiellement résister aux vaccins.

epa09440025 A shopping mall staff member (R) undergoes a COVID-19 nasal swab test during the reopening of a major shopping mall in Bangkok, Thailand, 01 September 2021. Thailand on 01 September eased COVID-19 restrictions, reopening malls and beauty parlors, as well as dine-in services, and also resuming interprovincial travel. All shopping mall staff must be fully vaccinated and have recent negative COVID-19 tests. However the night-time curfew will remain in place for the time being. The focus on the ease of restrictions aims to help the country learn to safely live with COVID, gradually reopening all businesses, helping people return to their daily routines as normal as possible. EPA/DIEGO AZUBEL
Le variant Mu a été détecté pour la première fois en Colombie, sur la côte atlantique, en janvier. (photo d'illustration).
KEYSTONE

Le variant B.1.621, selon la nomenclature scientifique, a été classé fin août comme «variant à suivre» par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon l'OMS, ce variant présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'«échappement immunitaire» (résistance aux vaccins), et des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre ses caractéristiques.

Il est apparu pour la première fois en Colombie, sur la côte atlantique, en janvier. Depuis, il est «sous surveillance rapprochée», mais semble pour le moment «très peu présent en France», a indiqué vendredi Sibylle Bernard-Stoecklin de la direction maladies infectieuses de Santé publique France (SPF) lors d'un point-presse hebdomadaire.

Diminution

Et sa présence «ne semble pas avoir augmenté récemment» dans le pays, de même qu'ailleurs en Europe, a-t-elle souligné. En France, elle semble même «diminuer au mois d'août» alors qu'elle avait «légèrement augmenté» en juin/juillet. Les autorités sanitaires vont toutefois suivre «avec beaucoup d'attention» son évolution au cours des prochaines semaines.

ATS