Azovstal

Les derniers combattants résistent toujours à Marioupol

ATS

8.5.2022 - 06:42

Avec toujours moins de munitions et de nourriture, les derniers combattants ukrainiens retranchés dans l'usine Azovstal à Marioupol luttaient toujours dimanche contre l'armée russe. Selon Kiev, tous les civils qui se terraient avec les soldats ont été évacués.

Les derniers combattants ukrainiens à Marioupol sont retranchés dans les souterrains situés sous l'usine Azovstal.
ATS

ATS

8.5.2022 - 06:42

Le président ukrainien Volodimyr Zelensky a indiqué samedi soir que 300 civils avaient été exfiltrés de l'aciérie. «Nous préparons désormais la seconde phase [...] les blessés et le personnel médical».

Et, «bien sûr, nous oeuvrons aussi à évacuer nos militaires. Tous ces héros défendant Marioupol», a-t-il poursuivi, sans donner de chiffre. «C'est extrêmement difficile. Mais c'est très important».

«De nombreux soldats se trouvent dans un état grave. Ils sont blessés et n'ont pas de médicaments», a expliqué Ievguenia Tytarenko, infirmière militaire, dont le mari, infirmier et membre du régiment Azov, et ses collègues sont toujours dans l'usine. «La nourriture et l'eau manquent aussi», a-t-elle dit.

«Je me battrai jusqu'au bout», lui a écrit son mari Mykhaïlo, dans un SMS que l'AFP a pu consulter. Ils se sont mariés deux jours avant l'invasion russe.

Réunion du G7

«L'ordre du président [ukrainien] a été exécuté: toutes les femmes, tous les enfants et toutes les personnes âgées ont été évacués d'Azovstal. Cette partie de la mission humanitaire à Marioupol est accomplie», avait annoncé plus tôt samedi la vice-première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. Selon Kiev, ces opérations ont permis au total à près de 500 personnes de fuir en une semaine, sous l'égide de l'ONU et du Comité international de la Croix-Rouge.

L'Ukraine a demandé samedi soir à Médecins sans frontières (MSF) d'organiser une mission pour évacuer et soigner les soldats retranchés dans l'aciérie.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit participer dimanche à la réunion par visioconférence des dirigeants des grandes puissances du G7 pour discuter de la situation dans son pays. L'Allemagne assure cette année la présidence du G7 (également Canada, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon).

Cette troisième réunion depuis le début de l'année sera consacrée «en particulier à la situation en Ukraine», a indiqué Berlin, sans plus de détails. Le président américain Joe Biden avait évoqué cette réunion quelques jours plus tôt, à propos de possibles sanctions supplémentaires contre la Russie.

ATS