Les troupes serbes en alerte à la frontière avec le Kosovo

ATS

26.9.2021 - 22:12

La tension est montée d'un cran dimanche entre le Kosovo et la Serbie qui a relevé le niveau d'alerte de son armée dans la zone frontalière, accusant le voisin de «provocations» en raison du déploiement récent de ses forces spéciales près de deux postes-frontières.

Kosovo police officers walk to replace their colleagues near the northern Kosovo border crossing of Jarinje on Tuesday, Sept. 21, 2021. Tensions soared Monday when Kosovo special police with armored vehicles were sent to the border to impose a rule on temporarily replacing Serb license plates from cars while they drive in Kosovo. (AP Photo/Visar Kryeziu)
Frontière nord du Kosovo, 21 septembre 2021. 
KEYSTONE/AP Photo/Visar Kryeziu

ATS

26.9.2021 - 22:12

Les forces spéciales de la police kosovare (ROSU) sont déployées depuis lundi près de deux passages frontaliers dans le nord du Kosovo, Jarinje et Brnjak, une zone peuplée de Serbes qui refusent l'autorité du gouvernement kosovar.

Ce déploiement des troupes, qui a provoqué la colère des Serbes, a suivi la décision du gouvernement du Kosovo d'interdire l'entrée sur son territoire de véhicules munis de plaques d'immatriculation serbes, une «mesure de réciprocité», selon Pristina.

Des centaines de Serbes protestent depuis contre cette décision et bloquent avec des camions le trafic sur les routes menant vers deux postes-frontières.

«Après les provocations des unités de la ROSU (...) le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, a donné l'ordre de relever l'alerte d'une partie des unités de l'armée et de la police», a annoncé le ministère de la Défense serbe dans un communiqué.

Des avions de chasse serbes ont de nouveau survolé la zone frontalière dimanche en fin de matinée, après avoir effectué plusieurs survols samedi, a rapporté une correspondante de l'AFP sur place.

«Nous voulons que Pristina retire ses forces et annule la décision concernant les plaques d'immatriculation. Personne ici ne veut un conflit et j'espère qu'il n'y en aura pas», a dit à l'AFP un manifestant de 45 ans qui s'est présenté comme Ljubo, près du poste-frontière de Jarinje.

«Provocation inacceptable»

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a exhorté dans l'après-midi la Serbie et le Kosovo à calmer les tensions, «en retirant immédiatement les unités spéciales de la police et en démantelant les barrages sur les routes».

«Toute nouvelle provocation ou action unilatérale et non-coordonnée est inacceptable», a-t-il dit dans un communiqué.

«Il est essentiel que Belgrade et Pristina fassent preuve de retenue et reprennent le dialogue» sous la houlette de Bruxelles, a tweeté de son côté le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, qui s'est entretenu par téléphone avec le président serbe et le Premier ministre kosovar Albin Kurti.

Le chef de l'État serbe, Aleksandar Vucic, a déploré dans cet entretien avec M. Stoltenberg le manque de réactions de la communauté internationale à «l'occupation totale depuis plus d'une semaine du nord du Kosovo par des véhicules blindés de Pristina».

«Et tout le monde est brusquement inquiet lorsqu'on aperçoit des hélicoptères et les avions serbes au-dessus de la Serbie centrale», a dit M. Vucic dans un communiqué, assurant que la Serbie «se comportera toujours de façon responsable et sérieuse».

Le Premier ministre kosovar, Albin Kurti, avait accusé samedi la Serbie de vouloir «provoquer un sérieux conflit international».

«L'armée est prête»

Le ministre serbe de la Défense, Nebojsa Stefanovic, a visité dimanche matin les troupes en alerte dans deux bases militaires, dont une à quelques kilomètres de la frontière, ainsi que des «groupements tactiques» déployés «dans la direction du passage administratif de Jarinje», selon le communiqué.

Les passages frontaliers entre la Serbie et le Kosovo, territoire de 1,8 million d'habitants peuplé à majorité d'Albanais, sont désignés comme «passages administratifs» par Belgrade qui ne reconnaît pas l'indépendance proclamée en 2008 par son ancienne province.

«L'armée est prête à répondre à tout moment à tous les défis», a déclaré à la presse le ministre Stefanovic.

Il a visité les troupes en compagnie du chef des armées, le général Milan Mojsilovic, et de l'ambassadeur russe à Belgrade, Alexander Botsan-Kharchenko.

La Russie ne reconnaît pas non plus l'indépendance du Kosovo, contrairement à la plupart des pays occidentaux, dont les États-Unis.

De son côté, l'Albanie, membre de l'Otan, «préoccupée par l'escalade de la situation», a demandé à Belgrade, «de retirer les forces armées déployées à la frontière avec le Kosovo».

«En raison des développements dans le nord du pays», la présidente du Kosovo, Vjosa Osmani, a interrompu samedi sa visite à New York, où elle assistait à l'Assemblée générale de l'ONU, pour rentrer au Kosovo, a indiqué son cabinet.

ATS