Burkina Faso

Macron condamne «le coup d'Etat militaire» 

ATS

25.1.2022 - 11:24

Le président français Emmanuel Macron a condamné mardi le coup d'Etat au Burkina Faso, où des militaires ont annoncé avoir chassé du pouvoir le chef de l'Etat Roch Marc Christian Kaboré dont l'Onu demande «la libération immédiate».

French President Emmanuel Macron delivers a speech at the European Parliament Wednesday, Jan. 19, 2022 in Strasbourg, eastern France. Macron called Wednesday on the European Union to quickly draw up a new security plan containing proposals to help ease tensions with Russia, as concern mounts that Russian President Vladimir Putin is planning an invasion of Ukraine. (Bertrans Guay, Pool Photo via AP)
«Très clairement, comme toujours, nous sommes au côté de l'organisation régionale qu'est la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, ndlr) pour condamner ce coup d'Etat militaire», a déclaré le président français.
KEYSTONE

ATS

25.1.2022 - 11:24

«J'ai eu de premiers échanges avec les dirigeants de la région, j'en aurai dans les prochains jours», a déclaré M. Macron en marge d'un déplacement dans le Limousin. «Très clairement, comme toujours, nous sommes au côté de l'organisation régionale qu'est la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, ndlr) pour condamner ce coup d'Etat militaire».

Des militaires en uniforme ont annoncé lundi à la télévision publique burkinabè avoir pris le pouvoir dans le pays et chassé le président Kaboré, plongeant dans une nouvelle crise ce pays sahélien miné par d'incessantes attaques jihadistes.

Emmanuel Macron, répondant aux journalistes dans la petite ville de Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), a souligné que le président Kaboré «avait été élu démocratiquement par son peuple à deux reprises».

Sur le compte Twitter de l'ancien président, la télévision publique RTB a publié une lettre manuscrite signée de sa main dans laquelle il indique «déposer sa démission», «dans l'intérêt supérieur de la nation, suite aux évènements qui s'y déroulent» depuis dimanche. «On m'a dit qu'il n'était pas menacé dans son intégrité physique», a indiqué M. Macron.

Le Haut-commissariat aux droits de l'homme de l'ONU a réclamé mardi, la «libération immédiate» du président burkinabé «ainsi que d'autres hauts responsables qui ont été arrêtés».



Le président français a déploré un putsch qui «s'inscrit dans une succession de plusieurs coups d'Etat militaires qui sont extrêmement préoccupants, dans un moment où la région (sahélienne) doit avoir une priorité qui est la lutte contre le terrorisme islamiste».

ATS