Péninsule coréenne

Nouvelle rencontre entre Moon et Kim

ATS

18.9.2018 - 03:35

Deux autres présidents sud-coréens s'étaient déjà rendus à Pyongyang avant Moon Jae-in.
Source: KEYSTONE/AP Pyongyang Press Corps Pool

Le président sud-coréen Moon Jae-in est arrivé mardi à Pyongyang pour son troisième sommet avec le leader nord-coréen Kim Jong-un. Son objectif est de tenter de raviver des discussions au point mort entre le Nord et Washington sur la dénucléarisation.

Plusieurs centaines de personnes attendaient M. Moon, agitant des drapeaux de la Corée du Nord et d'autres symbolisant la réunification en arborant l'image d'une péninsule non divisée, selon les images de la télévision.

Le président sud-coréen, dont les propres parents avaient fui le Nord durant la guerre de Corée (1950-1953), séjournera trois jours dans le pays reclus. Il marche ainsi dans les pas de ses prédécesseurs Kim Dae-jung, qui avait fait le voyage de Pyongyang en 2000, et de Roh Moo-hyun, son mentor, parti en 2007.

Cette visite rarissime est une nouvelle illustration du remarquable dégel en cours sur la péninsule qui avait permis un premier sommet fin avril dans la partie sud du village frontalier de Panmunjom, une rencontre forte en symboles. Le président sud-coréen avait même franchi à un moment la ligne de démarcation pour passer brièvement côté Nord, à l'invitation de M. Kim.

Dénucléarisation au point mort

M. Moon, qui avait revu le dirigeant nord-coréen en mai, a joué un rôle crucial de médiateur pour permettre l'organisation le 12 juin à Singapour d'un sommet historique entre le Nord-Coréen et le président américain Donald Trump.

M. Kim s'était alors engagé en faveur de la "dénucléarisation de la péninsule", un euphémisme sujet à toutes les interprétations. Les deux parties s'écharpent depuis sur la signification exacte de cet engagement. Washington exige "une dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée", tandis que Pyongyang veut une déclaration officielle des Etats-Unis pour marquer la fin de la guerre de Corée.

"Nous allons faire pression en faveur d'une dénucléarisation avancée du Nord et une mesure réciproque des Etats-Unis, en relançant rapidement un dialogue sincère visant à établir des nouvelles relations pacifiques", a expliqué le chef d'état-major du président sud-coréen Im Jong-seok.

Le mois dernier, M. Trump avait subitement annulé une visite à Pyongyang de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo. Le Nord a lui dénoncé les méthodes de "gangster" des Américains, accusés de vouloir obtenir son désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape et sans alléger la pression ni les sanctions.

L'amélioration des relations intercoréennes et l'apaisement des tensions militaires sur la péninsule sera également au menu des discussions du troisième sommet intercoréen.

Retour à la page d'accueil

ATS