Ukraine

Paris évoque une réunion du groupe de Normandie d'ici fin janvier

ATS

11.1.2022 - 21:35

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mardi à un sommet quadripartite avec Moscou, Paris et Berlin pour «mettre fin au conflit» avec les séparatistes, sur fond de tensions internationales avec la Russie.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mardi à un sommet quadripartite avec Moscou, Paris et Berlin pour «mettre fin au conflit» avec les séparatistes, sur fond de tensions internationales avec la Russie.
KEYSTONE

La France a évoqué mardi une réunion du groupe de Normandie (France, Allemagne, Russie, Ukraine) «d'ici fin janvier» ainsi qu'un «geste» de Kiev pour tenter de relancer la dynamique visant à régler le conflit ukrainien.

ATS

11.1.2022 - 21:35

L'émissaire du Kremlin dans les négociations de paix en Ukraine, Dmitri Kozak, a «donné son accord pour que nous reprenions la négociation dans le groupe Normandie au niveau des conseillers diplomatiques», a indiqué la présidence française.

«Nous pensons pouvoir tenir une première réunion (à ce niveau) d'ici la fin du mois de janvier», a ajouté l'Elysée à l'issue d'une visite conjointe des conseillers diplomatiques du président français Emmanuel Macron et du chancelier allemand Olaf Scholz à Moscou puis Kiev.

La Russie boude depuis plusieurs mois ce format de discussions, qui vise à mettre en oeuvre les accords de paix de Minsk (2015) sur le conflit ukrainien et fait référence à une première rencontre des dirigeants des quatre pays en 2014 en Normandie (ouest de la France).

Cette réunion interviendra juste avant «l'annulation du projet de loi (ukrainienne) dite de transition, qui n'est pas conforme aux accords de Minsk», a ajouté la présidence française.

Ce projet de loi, préparé à l'été 2021, porte sur la «période de transition» au Donbass, territoire séparatiste pro-russe dans l'est de l'Ukraine, et en Crimée – annexée par la Russie en 2014 – jusqu'à leur «réintégration» à l'Ukraine.

Incertaine rencontre

Il reconnaît la Russie comme «Etat agresseur et Etat occupant», ce que Moscou rejette totalement.

«Ce premier geste ukrainien appelle une réponse des séparatistes/de la Russie, de telle manière que nous puissions ensuite entrer dans les sujets de substance», a relevé la présidence française.

Paris a concédé toutefois que la séquence à venir restait incertaine. Il faudra voir «si de fait les Ukrainiens et les Russes se tiennent bien aux engagements» pris.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mardi à un sommet quadripartite avec Moscou, Paris et Berlin pour «mettre fin au conflit» avec les séparatistes, sur fond de tensions internationales avec la Russie.

«Volodymyr Zelensky n'est un client ni du président Poutine ni de la Russie. Et donc Vladimir Poutine a plutôt envie de mettre la pression sur lui que de négocier avec lui», a-t-on noté à l'Elysée.

Les tensions autour de l'Ukraine sont fortes depuis des mois. La Russie, accusée de préparer une attaque, a massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière.

ATS