Plus de 3,3 tonnes de cocaïne partent en fumée

ATS

2.10.2021 - 22:45

Les autorités honduriennes ont incinéré samedi plus de 3,3 tonnes de cocaïne, ont indiqué les autorités judiciaires et militaires. Au total, 14 tonnes de cette drogue ont été saisies dans le pays depuis le début de l'année.

ATS

2.10.2021 - 22:45

epa09500596 View of packages during the burning of 3,313 kilos of cocaine, at the Military Police complex in Las Casitas, southeast of Tegucigalpa, Honduras, 01 October 2021. The drugs were seized in different operations in the country. EPA/GUSTAVO AMADOR
Vue de paquets de cocaïne, au complexe de la police militaire de Las Casitas, au sud-est de Tegucigalpa, au Honduras, le 1er octobre 2021. La drogue a été saisie lors de différentes opérations dans le pays, puis détruite.
KEYSTONE

«C'est la plus grosse incinération jamais réalisée ici dans les locaux de la police militaire. Depuis le début de l'année, lors de multiples opérations, nous avons saisi 14 tonnes de cocaïne», s'est félicité le porte-parole de la police militaire, Mario Rivera.

«Cette drogue réduite en cendres est une attaque directe contre les organisations» criminelles de trafic de drogue, a déclaré le porte-parole du Parquet, Carlos Morazan.

Cette démonstration face aux caméras entend renforcer la campagne de réhabilitation menée par le président Juan Orlando Hernandez, dont le propre frère Tony Hernandez, un ex-député de 42 ans, a été condamné en mars à la réclusion à perpétuité par un tribunal fédéral américain pour avoir expédié quelque 185 tonnes de cocaïne aux Etats-Unis.

Guerre contre les barons de la drogue

Depuis 2014, date de sa prise de fonction pour le premier de ses deux mandats, le président a installé un bouclier aérien, maritime et terrestre pour tenter de neutraliser les cartels de la drogue, avec l'appui de l'administration américaine chargée de la lutte contre la drogue (DEA).

Cependant, des trafiquants arrêtés ou extradés aux Etats-Unis par le gouvernement Hernandez ont mis en cause l'entourage du président, affirmant que des pots-de-vin ont été versés. M. Hernandez fustige ce qu'il estime des faux témoignages de barons de la drogue cherchant à se venger de la guerre engagée contre eux.

ATS