Le Conseil fédéral «consterné» mais confiant

cc, ats

7.1.2021 - 10:10

Malgré la consternation, Guy Parmelin garde confiance dans les valeurs de la démocratie américaine. D'autres chefs d'Etat réagissent en Europe.

Le président de la Confédération se dit confiant "qu'une transition pacifique pourra avoir lieu vers la nouvelle administration selon les règles prévues par le droit et la Constitution des Etats-Unis."
ATS

Guy Parmelin a déclaré jeudi sur Twitter que le Conseil fédéral était «consterné par les évènements qui ont conduit à la mort de plusieurs personnes à Washington».

Le président de la Confédération se dit toutefois confiant «qu'une transition pacifique pourra avoir lieu vers la nouvelle administration selon les règles prévues par le droit et la Constitution des Etats-Unis.»

«La démocratie américaine est un bien précieux pour notre pays et nos concitoyens parce que nous partageons ses valeurs,» ajoute-t-il.

Le chef de la diplomatie suisse Ignazio Cassis a condamné, toujours sur Twitter, les violences au Capitole, siège du Congrès américain. «La liberté, la démocratie et la cohésion nationale sont des biens précieux qui doivent être défendus» a-t-il écrit.

«Je condamne chaque attaque à ce propos», a poursuivi le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La Suisse fait confiance aux institutions américaines pour défendre leur démocratie. La confirmation de la victoire électorale de Joe Biden en est la preuve, selon le conseiller fédéral.

"We are one", dit Macron

Sur le même réseau social, le président français Emmanuel Macron a lui aussi affirmé sa confiance en la démocratie, en postant une vidéo intitulée: «We believe in democracy».

Rappelant notamment la présence des Etats-Unis aux côtés de la France lors des deux dernières guerres mondiales et affirmant: «Aujourd'hui, la France se tient aux côtés du peuple américain, avec force, ferveur et détermination.»

«Triste» et «en colère»

Angela Merkel a également réagi aux derniers événements de Washington. «Je regrette profondément que le président Trump n'ait pas concédé sa défaite, depuis novembre et encore hier» mercredi, a déclaré la chancelière allemande à la presse, se disant «triste» et «en colère».

Elle a relevé que «les doutes sur le résultat de l'élection ont été alimentés et ont créé l'atmosphère qui a rendu possible les événements» de Washington.

Retour à la page d'accueil

cc, ats