Presque 50'000 Américains tués par le Covid

ATS

24.4.2020 - 06:39

Le nouveau coronavirus a fait 49'759 morts aux Etats-Unis au terme d'une des pires journées, avec 3176 décès supplémentaires enregristrés rien que jeudi. Le pays est de loin le plus touché par la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19).

Entre 20h30 mercredi soir et jeudi soir, ce sont 26'971 nouveaux cas de coronavirus qui ont été recensés pour un total de 866'646 cas identifiés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. En raison du manque de tests, le vrai nombre de personnes infectées est probablement très largement supérieur.

En fin de semaine dernière, les Etats-Unis avaient enregistré deux très lourds bilans journaliers, à plus de 3800 et de 4500 morts, mais ceux-ci étaient en partie dus à l'ajout de morts «probablement liées» au Covid-19, qui n'avaient auparavant pas été prises en compte.

Outre ces deux bilans, celui de 3176 morts jeudi soir est le plus meurtrier jamais enregistré dans un pays en une journée depuis le début de la pandémie. Celle-ci a fait près de 190'000 morts dans le monde.

Un deuxième plan d'aide

Malgré ces chiffres alarmants, plusieurs Etats américains tel le Texas, le Vermont ou la Géorgie ont décidé de se lancer sur la voie du déconfinement, en autorisant certains commerces à rouvrir.

Face à l'ampleur de la crise liée au Covid-19, le congrès américain a adopté jeudi un nouveau plan d'aide à l'économie américaine et aux hôpitaux. Souvent masqués, parfois gantés, les élus de la chambre des représentants ont adopté dans un hémicycle, régulièrement désinfecté, une nouvelle enveloppe de 483 milliards de dollars.

Déjà approuvé par le Sénat, ce plan devrait être promulgué par le président américain Donald Trump, «probablement ce soir», a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse quotidienne.

Il comprend 320 milliards de dollars qui seront déboursés sous forme de prêts aux petites et moyennes entreprises (PME) terrassées par la crise du Covid-19. Objectif: leur permettre de maintenir leurs employés en poste.

Un premier volet d'aide avait été critiqué, car de grandes entreprises avaient pu en bénéficier. Cette fois, des mesures sont prévues pour réellement permettre aux plus petites entreprises, qui n'ont pas toujours des relations étroites avec les banques, d'en profiter.

Dizaines de millions de chômeurs

Les mesures incluent également 60 milliards de prêts destinés à d'autres secteurs sinistrés, notamment dans l'agriculture, 75 milliards d'aides aux hôpitaux et 25 milliards pour renforcer le dépistage du coronavirus, un facteur jugé clé pour pouvoir relancer l'activité.

Le président américain, qui briguera en novembre un second mandat à la Maison-Blanche, avait fait de la bonne santé de l'économie américaine un de ses principaux arguments de campagne. Or, depuis le mois de mars, ce n'est plus la croissance américaine qui croît, mais le nombre de chômeurs, qui augmente à des niveaux record.

En cinq semaines, plus de 26 millions de personnes ont perdu leur emploi ou vu leur activité réduite à néant, selon les chiffres publiés jeudi par le département du travail. La semaine passée, 4,42 millions de personnes ont demandé une allocation chômage pour la première fois.

Toujours pas de plan de l'UE

Si les Etats-Unis ont validé un deuxième programme d'aide, l'Union européenne a encore temporisé sur son plan de relance. Au terme de plus de quatre heures de sommet en visioconférence, les dirigeants de l'UE ont demandé à la Commission européenne de formuler des propositions de relance à partir de la mi-mai.

«Il n'y a pas de consensus aujourd'hui» sur les solutions à apporter à la crise économique la plus grave depuis 1945, a reconnu le président français Emmanuel Macron. Le premier ministre italien Giuseppe Conte a toutefois évoqué une «étape importante».

Les dirigeants de l'UE restent divisés tant sur le montant que sur le mode de financement d'un plan de relance commun, qui devrait atteindre plusieurs centaines de milliards d'euros.

Les images du jour

Retour à la page d'accueil

ATS