Etats-Unis Retraite pour l'élu anti-IVG qui voulait faire avorter sa maîtresse

ATS

5.10.2017 - 04:27

Washington

Un parlementaire républicain américain anti-avortement, Tim Murphy, a annoncé mercredi qu'il ne se représenterait pas à un nouveau mandat au congrès l'an prochain, rattrapé par des messages écrits à sa maîtresse. La croyant enceinte, il l'enjoignait d'avorter.

"Tu n'as aucun problème à afficher partout une position pro-vie, alors que cela ne te posait pas de problème de me demander d'avorter encore la semaine dernière", a écrit la femme, une psychologue, avec qui il avait une liaison. Il s'est avéré ensuite qu'elle n'était pas enceinte. Le scandale a éclaté mardi quand un journal local de Pennsylvanie a découvert le texte.

"Je ne les ai pas écrits. Ce sont mes collaborateurs. Quand je les ai lus, j'ai grimacé. Je leur ai demandé de ne plus en écrire. Je le ferai moi-même", a répondu Tim Murphy, un médecin de 65 ans qui quittera la chambre des représentants à la fin de l'année prochaine après 16 ans de mandat.

Pas le premier cas

"Après en avoir parlé avec ma famille et mes collaborateurs, j'ai pris la décision de ne pas me représenter au congrès à la fin de mon mandat", a-t-il déclaré mercredi dans un communiqué au quotidien.

Il n'est pas le premier républicain anti-avortement à se retrouver au milieu d'un scandale d'hypocrisie sur le sujet. Un de ses collègues, Scott DesJarlais, avait incité son ex-femme et une maîtresse à avorter dans les années 2000, selon plusieurs médias.

Les deux hommes, comme la quasi-totalité de la majorité républicaine, ont voté mardi en faveur d'une nouvelle proposition de loi visant à interdire les avortements au-delà de la 20e semaine de grossesse.

Retour à la page d'accueil

ATS