En attendant le vote de la motion de censure Retraites: gouvernement inflexible malgré les manifestations

ATS

19.3.2023 - 13:15

Le gouvernement français reste inflexible dimanche quant à sa réforme très contestée des retraites, malgré de nouvelles mobilisations et des violences, à la veille d'un vote pour tenter de le renverser.

Eric Ciotti a déjà indiqué que son parti Les Républicains ne voterait «aucune» des motions de censure déposées, mais une poignée de députés de son camp ont annoncé qu'ils voteraient au moins la motion transpartisane (archives).
Eric Ciotti a déjà indiqué que son parti Les Républicains ne voterait «aucune» des motions de censure déposées, mais une poignée de députés de son camp ont annoncé qu'ils voteraient au moins la motion transpartisane (archives).
Keystone/EPA

19.3.2023 - 13:15

Signe de tension dans le pays, la permanence du député Eric Ciotti à Nice (sud-est), également chef du parti LR de droite, a été caillassée dans la nuit de samedi à dimanche pour «faire pression» et qu'il vote lundi la motion de censure à laquelle il est opposé.

Face à la contestation, plusieurs poids lourds de la majorité présidentielle sont montés au créneau pour défendre la réforme, qui vise notamment à faire passer de 62 à 64 ans l'âge de départ à la retraite.

Le «premier objectif» du gouvernement «est de mener cette réforme pour sauver notre système de retraite» et «nous le tenons», a affirmé le ministre du Travail, Olivier Dussopt, au Journal du Dimanche.

«Je pense qu'il n'y aura pas de majorité pour faire tomber le gouvernement», a assuré son homologue de l'Economie Bruno Le Maire au journal Le Parisien.

«Mais ce sera un moment de vérité. La réforme des retraites, vaut-elle oui ou non, la chute du gouvernement et le désordre politique? La réponse est clairement 'non'», a-t-il affirmé.

Macron au plus bas

Selon un sondage publié par le Journal du Dimanche, la popularité d'Emmanuel Macron s'est écroulée en mars, à 28%, au plus bas depuis le sortir, en 2019, du mouvement de contestation populaire des «gilets jaunes». Il fait 70% de mécontents.

Et, après plusieurs journées de mobilisation et de manifestations, la décision jeudi du gouvernement d'Elisabeth Borne de passer ce texte en force a mis le feu aux poudres.

Il a choisi de recourir à l'article 49.3 de la Constitution, qui permet l'adoption d'un texte sans vote, sauf si une motion de censure est adoptée.

Depuis, des rassemblements organisés ou spontanés se déroulent sur tout le territoire, dans le calme ou avec des débordements.

Barricades

La contestation s'est en effet durcie ces derniers jours, portée par de jeunes militants, alors que des grèves se poursuivent dans les transports, les raffineries et chez les éboueurs.

Une situation qui a conduit les autorités à interdire samedi tout rassemblement sur la grande place parisienne de la Concorde, proche de l'Assemblée nationale et du palais présidentiel de l'Elysée. Des milliers de personnes s'y étaient réunies et des heurts avaient éclaté jeudi et vendredi soirs.

Les manifestants parisiens, quelque 4000 selon une source policière, se sont repliés samedi soir sur la place d'Italie.

Feux de poubelles qui jonchent les rues de la capitale, abris-bus saccagés, barricades improvisées, heurts avec les forces de l'ordre... Face aux casseurs, les organisateurs ont décidé assez vite la dissolution de la manifestation.

Au total, les forces de l'ordre ont procédé à 169 interpellations en France samedi, dont 122 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur.

Si Eric Ciotti a déjà indiqué que son parti Les Républicains ne voterait «aucune» des motions de censure déposées, pour ne pas «rajouter du chaos au chaos», une poignée de députés de son camp ont annoncé qu'ils voteraient au moins la motion transpartisane présentée par un groupe indépendant.

Comme Eric Ciotti, d'autres parlementaires pro-réforme ont été pris pour cible par des opposants, alors que dès jeudi soir, la patronne des députés de la majorité présidentielle (parti Renaissance) Aurore Bergé avait demandé au ministre de l'Intérieur de «mobiliser les services de l'Etat» pour la «protection des parlementaires».

Vers l'arrêt de raffineries

Les syndicats ont appelé à intensifier la mobilisation durant le week-end, face à ce qu'ils qualifient de «déni de démocratie».

Le syndicat CGT a annoncé samedi que la plus grande raffinerie du pays, située en Normandie (nord-ouest) et exploitée par TotalEnergies, avait commencé à être mise à l'arrêt, une première depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites.

Très lourde techniquement, l'opération prendra plusieurs jours et ne devrait pas provoquer de pénuries de carburant immédiates, mais elle pourrait faire tâche d'huile. Au moins deux autres raffineries sur les sept du pays pourraient être mises à l'arrêt au plus tard lundi, a prévenu la CGT.

Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure a laissé entendre samedi que le gouvernement pourrait répliquer en procédant à des réquisitions d'agents, comme pour le ramassage des déchets à Paris, où environ 10.000 tonnes d'ordures jonchent toujours les trottoirs, selon la mairie.

ATS