Traversées de la Manche

Un gros réseau de passeurs a été démantelé

ATS

5.7.2022 - 18:55

Un important réseau d'immigration clandestine, organisant des traversées de la Manche par bateaux, a fait l'objet mardi d'un coup de filet dans cinq pays européens dont l'Allemagne, où 18 personnes ont été interpellées, et la France, ont annoncé les polices allemande et britannique.

epa09618969 Remains of damaged migrants' inflatable boat and personal belongings left by migrants on the beach near Wimereux, France, 25 November 2021. At least 27 migrants have died and two more were brought to the hospital after the boat they were trying to cross La Manche canal (English Channel) to Great Britain sank. EPA/MOHAMMED BADRA
Restes d'un bateau pneumatique endommagé et d'effets personnels laissés par des migrants sur la plage près de Wimereux, en France. (archives)
KEYSTONE

ATS

5.7.2022 - 18:55

A Londres, six personnes ont été interpellées, a indiqué dans un communiqué la National Crime Agency (NCA).

Il s'agit, selon la NCA, de «la plus grande opération internationale jamais menée contre des réseaux criminels soupçonnés d'utiliser des petites embarcations pour faire entrer clandestinement des milliers de personnes au Royaume-Uni».

Les personnes arrêtées en Allemagne «sont soupçonnées d'avoir participé à l'entrée clandestine d'étrangers en bande organisée», selon un communiqué commun des polices fédérale et d'Osnabrück et du parquet de cette ville.

Au total, 36 perquisitions ont été menées en Allemagne, ont ajouté les autorités, précisant que des actions similaires s'étaient déroulées dans les quatre autres pays concernés.

Quelque 900 policiers ont été mobilisés en Allemagne pour cette opération qui s'est déroulée dans les Etats régionaux de Basse-Saxe, Rhénanie du Nord-Westphalie, Brême et Bade-Wurtemberg.

Osnabrück, base arrière

Osnabrück, ville de l'ouest de l'Allemagne, est considérée comme une grosse base arrière des réseaux de passeurs vers la Grande-Bretagne, avait indiqué en avril à l'AFP une responsable de la police aux frontières française.

Outre l'Allemagne et la France, des opérations de police étaient également en cours en Belgique, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, selon le communiqué allemand.

Aux Pays-Bas, cinq personnes ont été interpellées, selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

L'opération est coordonnée par Europol et Eurojust qui doivent tenir mercredi à La Haye une conférence de presse.

Aucune autre précision n'a été fournie mais selon Der Spiegel, ce réseau de passeurs essentiellement kurde irakien aurait organisé, «ces 12 à 18 derniers mois» la traversée de «jusqu'à 10'000 personnes sur des bateaux pneumatiques» vers la Grande-Bretagne.

«Small boats»

Une responsable de la police française avait également assuré en avril que la communauté kurde irakienne était à l'origine du phénomène des «small boats», qui a émergé en 2019 et supplanté depuis les tentatives pour rejoindre la Grande-Bretagne par camions.

Les têtes de réseaux sont basées en Irak, en Afghanistan et en Erythrée, selon des sources judiciaires françaises.

Certains représentants de la communauté kurde irakienne «ont fait un business de l'achat de bateaux, achetés en Chine, acheminés via la Turquie et l'Allemagne. Ils les vendent aux réseaux de passeurs», affirmait pour sa part Pascal Marconville, avocat général à Douai (nord de la France) et ex-procureur de Boulogne-sur-Mer.

Les tentatives de traversées clandestines de la Manche par des migrants voulant rejoindre l'Angleterre ont explosé au premier semestre 2022, après une année 2021 déjà record, selon le ministère français de l'Intérieur.

En 2021, ces tentatives de traversées généralement par bateaux pneumatiques au départ du littoral nord de la France, entre Calais et Dunkerque, avaient concerné 52'000 personnes et 28'000 migrants l'avait réussie, selon la même source.

ATS