Trump prend les devants pour son débat

ATS

28.9.2020 - 00:08

Donald Trump, à gauche sur le cliché, est en retard sur Joe Biden dans les sondages (archives).
Source: KEYSTONE/AP

Le président américain Donald Trump a réclamé un contrôle antidopage pour son adversaire démocrate à l'élection présidentielle Joe Biden à l'occasion de leur premier débat télévisé très attendu de mardi. Il qualifie régulièrement son adversaire de «Joe l'endormi».

«Je vais fermement exiger un test antidopage pour Joe Biden l'endormi avant ou après le débat mardi soir», a tweeté dimanche le président des Etats-Unis.

«Ses performances lors des débats ont été inégales comme jamais, pour dire les choses gentiment. Seuls des médicaments ont-ils pu provoquer ces écarts», a ajouté le milliardaire républicain, en retard dans les sondages, tout en assurant qu'il accepterait «bien entendu» de se soumettre au même test.

Interrogé en conférence de presse, Joe Biden s'est refusé, en souriant, à tout commentaire sur ce sujet.

Prendre les devants

Le président sortant de 74 ans ne cesse de railler l'absence de dynamisme présumée de son rival de 77 ans, voire de suggérer une forme de sénilité chez l'ancien vice-président. Mais avec son tweet dominical, il a aussi semblé vouloir prendre les devants en cas de bonne performance de Joe Biden mardi.

Connu pour ses gaffes et dérapages, parfois rattrapé par son bégaiement de jeunesse, le démocrate a admis samedi que la confrontation télévisée serait «difficile».

«Ce sera essentiellement attaques personnelles et mensonges»; «c'est tout ce qu'il sait faire», a-t-il dit au sujet de l'ex-magnat de l'immobilier. «Il ne sait pas comment discuter des faits. Il n'est pas si intelligent que cela», a-t-il poursuivi.

Le vieux routier de la politique, qui, au nom des précautions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, mène une campagne plus discrète que celle tambour battant de l'ex-homme d'affaires et ne s'expose que rarement à la contradiction, sera comme rarement sous les projecteurs.

Deux autres débats sont prévus entre les deux candidats avant la présidentielle du 3 novembre.

Retour à la page d'accueil