Un ancien tortionnaire argentin condamné à la prison à vie pour la 8e fois

ATS

3.12.2020 - 09:52

MIguel Etchecolatz est mis en cause pour la disparition en 2006 de Julio Lopez, un maçon de 77 ans qui avait été un témoin clé dans un procès contre lui.
ATS

Un tortionnaire de la dictature argentine (1976-1983), l'ex-chef adjoint de la police Miguel Etchecolatz, a été condamné à la prison à vie pour enlèvements, tortures et assassinats. Il s'agit de la 8e peine de ce type pour crimes contre l'humanité pour l'ex-policier.

Avant l'énoncé du verdict mercredi, Miguel Etchecolatz, 91 ans, s'est mis debout et a exhibé la pancarte blanche qu'il portait autour du cou, portant l'inscription: «Seigneur Jésus, si on me condamne, c'est pour avoir défendu ta cause».

Après un peu plus de deux ans de procès, le Tribunal fédéral de La Plata a condamné l'ex-responsable et 15 autres personnes pour 84 cas d'enlèvements, de tortures et de meurtres.

Ces faits avaient été perpétrés au sein du centre de détention clandestin de la Brigade d'enquête de San Justo, à l'ouest de la capitale. Sur les 84 victimes dont le cas a fait l'objet du procès, 19 sont toujours portées disparues.

Seize des 17 accusés ont été condamnés, dont 10 à des peines de prison à perpétuité. Outre Etchecolatz, ont ainsi été condamnés à la prison à vie un médecin de police, trois anciens policiers, cinq ex-militaires ainsi que l'ancien ministre du gouvernement de la province de Buenos Aires pendant la dictature, le civil Jaime Lamont Smart.

Disparition d'un témoin-clé

Etchecolatz est également mis en cause pour la disparition en 2006 de Julio Lopez, un maçon de 77 ans qui avait été un témoin-clé dans un procès contre lui. Cet homme, qui avait déjà été enlevé auparavant sous la dictature, avait quitté sa maison pour se rendre au tribunal et n'y était jamais arrivé.

Comme lui, quelque 30'000 personnes ont disparu sous la dictature, selon des organismes de défense des droits humains.

Selon un document judiciaire, il a été établi que la Brigade de San Justo était également «un centre de prise en charge et de distribution de bébés et d'enfants» car «s'y trouvaient des détenues ayant accouché en captivité ainsi que des enfants enlevés avec leurs parents».

Retour à la page d'accueil

ATS