Une fuite sur les prix des vaccins met l'UE dans l'embarras

ATS

18.12.2020 - 18:27

Une ministre belge a publié sur Twitter les prix, jusque-là restés confidentiels, des vaccins anti-Covid. Cette action a suscité l'embarras de la Commission européenne, qui a réaffirmé vendredi l'importance de respecter cette «obligation» de discrétion.

Le président élu des Etats-Unis Joe Biden a promis de mettre en place, dans les 100 premiers jours de son mandat, «la campagne de vaccination la plus efficace de l'histoire américaine» avec l'injection de 100 millions de doses de vaccins (image symbolique).
Le record de mortalité sur une année civile en France, établi en 2019, était déjà dépassé début décembre, selon des données provisoires mises à jour vendredi sur le site internet de l'Insee.
sda

«Tout ce qui concerne des informations comme le prix des vaccins est couvert par la confidentialité, c'est une obligation très importante», a affirmé Stefan De Keersmaecker, un porte-parole de l'exécutif européen, lors du point-presse quotidien à Bruxelles.

«C'est une exigence contractuelle» dans le cadre des commandes déjà passées aux groupes pharmaceutiques, a assuré le chef du porte-parolat, Eric Mamer, soulignant que ces derniers avaient obtenu le respect de cette règle partout dans le monde.

Jeudi, la secrétaire d'Etat belge chargée du Budget Eva De Bleeker a publié sur son compte Twitter un tableau donnant le détail des montants promis par son gouvernement aux fabricants pour chacun des six vaccins commandés, avec le prix à l'unité pratiqué dans l'Union européenne (UE).

Tweet effacé

Elle a rapidement effacé son tweet mais des captures d'écran ont été saisies et le contenu était encore visible vendredi. Ainsi le grand public a appris que le prix à l'unité varie de 1,78 euro (soit environ 1,90 franc) pour le vaccin du groupe suédo-britannique AstraZeneca, à 18 dollars US (environ 15,90 francs) pour celui de l'américain Moderna.

«Je voulais être transparente, peut-être un peu trop transparente», a déclaré ensuite Mme De Bleeker en admettant sa bourde devant les députés belges. Mais cela «ne met en rien en péril» les livraisons des vaccins à la Belgique, a assuré la responsable libérale flamande.

La communication de ce tableau censé rester confidentiel a eu lieu lors d'un débat budgétaire intense, alors que Mme De Bleeker se voyait reprocher par des députés de l'opposition le manque des moyens dégagés par l'Etat belge pour l'achat de vaccins.

Vendredi ne demeurait sur le fil Twitter de la secrétaire d'Etat que ce message sur le sujet: «Voilà les faits: 33,5 millions de vaccins seront achetés cette année pour 279 millions d'euros» (environ 302 millions de francs). Un autre montant de 500 millions d'euros (environ 541 millions de francs) sera provisionné, cette fois sur le budget 2021, pour des achats futurs.

Pfizer réagit

La divulgation des prix payés en Europe expose la Commission à des difficultés avec les laboratoires pharmaceutiques. La confidentialité «est dans l'intérêt de la société (déjà sous contrat, ndlr) mais aussi dans l'intérêt des négociations en cours avec d'autres sociétés, avec d'autres développeurs de vaccins», a poursuivi Stefan De Keersmaecker.

Le groupe Pfizer a effectivement rappelé que les prix étaient «couverts par une clause de confidentialité prévue dans le contrat avec la Commission», selon une porte-parole de Pfizer Benelux jointe par l'agence Belga.

Voici les prix à l'unité tels qu'ils sont apparus dans le tableau:

1. AstraZeneca: 1,78 euros (environ 1,90 franc)

2. Johnson & Johnson: $8,50 (environ 7,50 francs)

3. Sanofi/GlaxoSmithKline: 7,56 euros (environ 8,20 francs)

4. Pfizer/BioNTech: 12,00 euros (13 francs)

5. Curevac: 10,00 euros (environ 10,80 francs)

6. Moderna: $18,00 (environ 15,90 francs)

Retour à la page d'accueil

ATS