Washington poursuit ses sanctions 

ATS

15.1.2021 - 19:24

Après une salve de sanctions contre l'Iran, le gouvernement de Donald Trump a également sanctionné vendredi le ministre cubain de l'Intérieur Lazaro Alberto Alvarez Casas, pour «violations graves des droits humains». Cela à cinq jours de l'entrée en fonctions du futur président américain Joe Biden qui pourrait vouloir renouer le dialogue avec Cuba.

A view down Pennsylvania Avenue shows the security around the Capitol Hill in Washington, Friday, Jan. 15, 2021, ahead of the inauguration of President-elect Joe Biden and Vice President-elect Kamala Harris. (AP Photo/Susan Walsh)
Après une salve de sanctions contre l'Iran, le gouvernement de Donald Trump a également sanctionné vendredi le ministre cubain de l'Intérieur Lazaro Alberto Alvarez Casas, pour «violations graves des droits humains».
KEYSTONE

Les Etats-Unis ont aussi imposé vendredi des sanctions à six responsables chinois ou hongkongais après un coup de filet des autorités de Hong Kong contre des militants et anciens élus pro-démocratie.

«Le régime cubain viole les droits humains depuis longtemps», a déclaré le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué. «Les Etats-Unis vont continuer à utiliser tous les moyens à leur disposition face à la terrible situation des droits humains à Cuba et ailleurs dans le monde», a-t-il assuré.

Le ministère cubain de l'Intérieur, également visé par ces sanctions financières, «est responsable de la surveillance des activités politiques, et la police de Cuba soutient ses unités en arrêtant les personnes dans le viseur du ministère», a estimé le Trésor, soulignant que Lazaro Alberto Alvarez Casas, ancien vice-ministre, avait été promu à la tête du département en novembre.

Le Trésor évoque notamment l'arrestation en septembre 2019 du dissident cubain Jose Daniel Ferrer dans une prison gérée par le ministère de l'Intérieur, «où il aurait été battu, torturé et placé à l'isolement». Le ministre et son ministère n'auront plus accès au système financier américain et leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis seront gelés.

Hong Kong

Les Etats-Unis ont aussi imposé vendredi des sanctions à six responsables chinois ou hongkongais après un coup de filet des autorités de Hong Kong contre des militants et anciens élus pro-démocratie.

Dans un communiqué, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé Pékin et Hong Kong à «libérer immédiatement les personnes prises pour cible au nom de la loi sur la sécurité nationale ou d'autres textes simplement pour avoir exercé leurs droits et libertés».

«Nous condamnons les actes de la République populaire de Chine pour saper les libertés et processus démocratiques à Hong Kong et continuerons à utiliser tous les moyens à notre disposition pour faire rendre des comptes aux responsables», a-t-il ajouté.

Retour à la page d'accueil