Des enseignants en grève administrative pour des postes en plus

ATS

6.3.2020 - 15:43

La Société pédagogique genevoise (SPG) qui dénonce l'insuffisance de moyens octroyés à l'école primaire lance une grève administrative (archives).
Source: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

A Genève, les enseignants du primaire entameront dès lundi une grève administrative pour protester contre le manque de moyens à disposition du Département de l'instruction publique (DIP). Ils dénoncent les refus successifs de la majorité de droite d'octroyer des postes supplémentaires.

En décembre, l'Entente et le MCG avaient refusé lors du débat budgétaire la totalité des 412 postes demandés par le Conseil d'Etat, dont 196 pour le DIP. La semaine dernière, la commission des finances avait accepté seulement 70,4 postes supplémentaires sur les 345 demandés par l'exécutif. Le DIP en avait obtenu 25.

Les enseignants affirment qu'en l'état ils n'envisagent pas la rentrée 2020 qui prévoit une hausse de près de 1000 élèves. Leurs revendications sont détaillées dans une résolution adoptée mercredi à l'unanimité lors de l'assemblée générale de la Société pédagogique genevoise (SPG) et transmise vendredi à la presse.

La grève administrative sera généralisée dans tous les établissements, selon la SPG. Les enseignants ne relèveront plus leurs mails et les notes ne seront plus introduites dans le système informatique. Ces mesures n'affecteront pas les prestations auprès des élèves et de leur famille, estime la SPG. Sans résultat d'ici fin mars, la SPG envisage d'autres moyens pouvant aller jusqu'à la grève.

Retour à la page d'accueil

ATS