Journées de Soleure

Journées de Soleure: promouvoir l'italien sur les écrans

sifo, ats

21.1.2022 - 10:50

Un nouveau fonds pour la promotion de la langue italienne dans le cinéma suisse vient d'être créé et présenté aux Journées de Soleure. L'objectif est d'améliorer les échanges entre les régions et d'encourager le financement de films liés à la Suisse italienne.

Les salles obscures resteront vides, lors des 56es Journées de Soleure, mais toutes les séances auront lieu en ligne (archives).
Un nouveau fonds pour la promotion de la langue italienne dans le cinéma suisse vient d'être créé et présenté aux Journées de Soleure. (archives)
KEYSTONE/ANTHONY ANEX

sifo, ats

21.1.2022 - 10:50

«Le fonds sera lancé dans quelques semaines, tout est prêt», a annoncé Niccolò Castelli, directeur de la Commission tessinoise du film devant le public des Journées de Soleure. M. Castelli, également cinéaste, a admis qu'il rencontrait des difficultés pour distribuer ses films hors de la Suisse italienne; ce fonds devrait combler les lacunes dans ce domaine.

«Malgré son statut de langue officielle en Suisse, l'italien est encore trop souvent un obstacle à la circulation des idées et des projets au niveau national», souligné la Commission, rappelant que l'italien est la langue maternelle de près de 730'000 personnes et qu'environ 2 millions la parlent ou la comprennent.

M. Castelli cite l'exemple du Prix du cinéma suisse 2022, décerné par l'Office fédéral de la culture: seuls 10 sur les 104 films en lice sont sous-titrés ou sonorisés en italien, soit 9,6%. «Comme de nombreuses personnes parlent italien et peuvent regarder un film en italien avec des sous-titres, il y aurait un marché suffisant», selon lui. Ces chiffres viennent s'ajouter au multilinguisme que la Confédération entend défendre.

Vecteur de la culture italophone

L'audiovisuel permet un accès direct à la langue, sans passer par des intermédiaires, ajoutant que grâce aux sous-titres, aucune connaissance de base de la langue n'est requise, plaide encore la Commission.

Mais si ce fonds doit permettre aux films en italien de circuler dans le reste de la Suisse, il est aussi pensé pour faire venir davantage de productions alémaniques et romandes dans les salles obscures tessinoises. Cela se fait actuellement de façon limitée, surtout en raison de l'exiguïté du marché.

Denis Rabaglia connaît bien le sujet. Ce Romand au passeport italien, réalise des films en italien.

Pour lui, également président du conseil d'administration de la Société suisse des auteurs (SSA), l'un des partenaires du fonds, il est important d'adapter le scénario dans une autre langue et non de le traduire simplement. D'où la collaboration avec l'Association des traducteurs suisses, afin de former des traducteurs spécialisés dans la traduction de scénarios de films.

Budget initial d'environ 100'000 francs

Le fonds créé dispose d'un budget initial d'un peu moins de 100'000 francs pour couvrir les frais de traduction, l'adaptation de scénarios ainsi que la participation aux coûts des sous-titres. «La première année, ce seront les documentaires et les longs métrages de fiction, qui seront privilégiés», a précisé M. Castelli.

Ce projet pilote est financé par le SSA, Suisseimage, qui gère collectivement certains droits sur les films et la RSI, la chaîne publique tessinoise.

La Commission a d'autres projets sous le coude. L'un d'eux est «Ticino in film», une collaboration avec la Cinémathèque suisse de Lausanne pour montrer des films tournés au Tessin, principalement par des réalisateurs étrangers ou non italophones. L'un des films présentés dans ce cadre est «Les conséquences de l'amour» de Paolo Sorrentino.

Le premier fonds cinématographique régional, celui de Mendrisio, a également été créé."Des négociations sont en cours avec Airolo, Lugano et d'autres municipalités», a encore indiqué le directeur de la Commission Niccolò Castelli.

sifo, ats