Trop de pluie

La cathédrale de Lausanne panse ses plaies humides dues à la pluie

sj, ats

26.8.2021 - 14:20

La cathédrale de Lausanne a mal à ses pierres, noircissant avec le temps à cause de la pluie. Le canton de Vaud a présenté jeudi les solutions actuellement testées pour diminuer les altérations causées par le ruissellement des pluies sur les façades du monument.

Pour corriger le renvoi d'eau, l'idée est que la pluie tombe en "larmes" ou en effet de "cascade" et ne ruisselle plus le long des murs grâce l'insertion de micro-ferblanteries dans la pierre (archives).
ATS

sj, ats

26.8.2021 - 14:20

Le problème de la cathédrale de Lausanne, c'est que la molasse, utilisée pour sa construction entre 1170 et 1235, vieillit mal. Les pluies et le vent finissent par creuser la pierre. A l'image d'un château de sable, la cathédrale s'effrite avec les siècles. Chaque année, des petits morceaux sont d'ailleurs retrouvés au sol.

Des recherches de l'EPFZ ont aussi révélé la présence permanente d'eau dans l'épaisseur de la molasse, qui réagit comme une éponge. Visuellement, cela donne ces taches ou bavures noires que l'on aperçoit sur le monument, surtout sur les façades ouest ou celles de la tour du transept sud, les plus exposées aux pluies, au vent et au soleil.

Il a donc fallu trouver des solutions inédites pour retarder le vieillissement prématuré de cette molasse dite «aquitanienne», a dit devant la presse Yves Golay-Fleurdelys, adjoint au directeur général des immeubles et du patrimoine (DGIP) et président de la Commission technique de la cathédrale, à l'occasion des 28e Journées européennes du patrimoine.

Relevé 3D et déviation de l'eau

La première grande innovation résulte des techniques de mesure par lasérométrie et orthophotographie en 3D. Celles-ci ont permis d'élaborer pour la première fois un relevé complet et automatique de la cathédrale en localisant précisément les différentes dégradations de la pierre, explique-t-il. «Les pathologies de la pierre» seront ainsi mieux surveillées, sur une cadence de dix ans, ce qui correspond au cycle d'une restauration, ajoute-t-il.

Les mesures actuellement testées consistent notamment à insérer des micro-ferblanteries dans la pierre ou à retailler certains profils dans le but de corriger les renvois d'eau, diminuant de manière importante le ruissellement et ses dommages sur les façades, relève M. Golay-Fleurdelys. L'idée est que la pluie tombe en «larmes» ou en effet de «cascade» et ne ruisselle plus le long des murs.

Une autre piste explorée pour ces travaux est le «sable armé», à savoir de la fibre de verre insérée dans des éléments de molasse, ce qui la rend plus résistante. Cette expérience a été menée en collaboration avec la cathédrale de Berne.

Deux grandes étapes

Ces études et travaux expérimentaux menés actuellement s'inscrivent en préambule du dernier grand chantier de conservation et restauration annoncé par le gouvernement vaudois en août 2019, a rappelé le ministre en charge du patrimoine, Pascal Broulis. Le Grand Conseil avait alors adopté un crédit de 10,1 millions de francs pour réaliser la première étape prévue jusqu'en 2024.

Le coût total des solutions pour «dévier» l'eau se monte à environ un million de francs, a précisé M. Golay-Fleurdelys. La seconde phase dotée aussi d'un investissement de 10 millions de francs adoptera une approche plus préventive et devrait achever en 2029 le cycle débuté il y a plus de 40 ans, a ajouté M. Broulis.

Pour mémoire, le remplacement des chaises de la cathédrale s'intègre aussi dans les travaux de restauration pour 2019-2024. Elles seront remplacées l'an prochain par 78 nouveaux bancs de quatre ou six places, au dossier réversible, pour un montant de 300'000 francs. Ils permettront d'accueillir 460 personnes dans la nef, comme jusqu'ici avec les chaises.

Polychromie à redécouvrir

A l'occasion des 28e Journées européennes du patrimoine qui se dérouleront les 11 et 12 septembre prochains, les visiteurs découvriront les essais réalisés et commentés par les architectes, les tailleurs de pierre et les ferblantiers à même les murs de la cathédrale. Ces tests se poursuivront toute une année afin d'éprouver les réalités météorologiques des quatre saisons.

Le public pourra en outre admirer sur les voûtes de la nef un décor peint, dans toute l'authenticité préservée du 13e siècle. Redécouvert et restauré récemment, ce sobre décor polychrome est mis en valeur pour l'occasion par un ingénieux système de miroirs.

«Avec 500'000 visiteurs, 50 cultes et une trentaine de concerts par année, la cathédrale est le monument le plus apprécié des Vaudois», a encore souligné Pascal Broulis.

sj, ats