Déchets

Le canton de Genève travaille à mieux valoriser les mâchefers

ATS

2.9.2020 - 17:23

Pour le président du gouvernement genevois Antonio Hodgers, il faudra bien un jour que le canton de Genève stocke sur son territoire les mâchefers qui proviennent de ses propres déchets.
Source: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le canton de Genève a mis au point une méthode pour mieux valoriser les mâchefers, ces résidus de déchets qui résistent à toute incinération. La solution, qui a été présentée mercredi, consiste à transformer plus de la moitié des mâchefers en sable largement épuré. Un sable qui pourrait ensuite être utilisé dans la construction, par exemple.

Le seul problème du canton, aujourd'hui, est de convaincre la Confédération de l'innocuité de ce produit. L'actuelle ordonnance fédérale ne veut pas de sable qui contienne des métaux. Or, le matériau fabriqué à Genève à partir de mâchefers en recèle, mais sous une forme minérale, absolument non polluante.

Le procédé genevois permet de valoriser 75% des mâchefers, avec la production de 15% de métaux et de 60% de sable. Un quart des résidus de déchets ne peut pas être recyclé. Il doit être entreposé quelque part. Pour l'instant, Genève compte sur d'autres cantons pour stocker les mâchefers qu'elle produit.

Jusqu'à la fin de l'année dernière, c'est à la décharge de Crusilles, près de Grandson (VD), qu'ils étaient acheminés. Le canton de Vaud n'est pas entré en matière pour prolonger ce contrat. Un autre canton est disposé à s'occuper des mâchefers genevois pour trois ans. Les discussions sont en voie de finalisation.

Mais cette solution n'est pas tenable sur le long terme. Genève devra trouver un lieu d'entreposage de ses mâchefers sur son territoire, a souligné le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. Trois sites ont été privilégiés. Ce projet suscite toutefois une forte opposition dans les communes concernées.

Retour à la page d'accueil

ATS