Le SSP exige la revalorisation du travail du personnel de la santé

ATS

30.6.2020 - 15:52

S'agissant du CHUV à Lausanne, le SSP demande une revalorisation salariale des infirmières et de plusieurs fonctions soignantes. Il souhaite aussi une prime Covid 19 en «compensation» de la suppression des droits du personnel de la santé pendant la période du coronavirus (archives).
Source: Keystone/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE

Le Syndicat des services publics (SSP) Vaud exige un plan d'investissement massif dans le service public et parapublic de la santé. Il a dénoncé mardi des effectifs insuffisants et une perte de sens du travail pour le personnel soignant, empirés depuis la crise du coronavirus. Il critique l'attitude passive du gouvernement vaudois.

«Le personnel de la santé doit être mieux reconnu, ses métiers revalorisés et ses attentes et la pénibilité du travail mieux prises en compte», revendique le SSP Vaud. «Pour répondre aux besoins de la population, il faut revoir les priorités et l'organisation du système et sortir de la logique de concurrence et d'économies qui pèsent sur l’ensemble du système sanitaire», écrit le syndicat dans un communiqué.

Personnel et patients touchés

«Depuis plusieurs années, les dotations sont insuffisantes dans tous les services et dans toutes les institutions de soins. Il faut faire plus, plus vite, avec moins de moyens. Ces manques pèsent sur la santé du personnel (taux de rotation important, arrêt des carrières, épuisements professionnels, fatigue, stress, etc) et sur la qualité de la prise en charge des patients», observe le SSP.

Le syndicat demande un «plan d'investissement massif dans le service public et parapublic de la santé». Le Conseil d'Etat n'a pas répondu à ces demandes, formulées depuis longtemps par le personnel et avec plus de force encore depuis le Covid-19, regrette-t-il.

Le SSP Vaud cite les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) qui ont annoncé 350 embauches dès cet automne. «Dans le canton de Vaud, le gouvernement n'a même pas répondu à nos propositions concernant un tel plan d'investissement et d'embauches, que ce soit au CHUV ou dans les autres institutions du secteur», insiste-t-il.

Grève et manifestation cet automne?

«Dans le parapublic, plutôt que de renforcer le secteur après cette crise, plusieurs hôpitaux régionaux ont même annoncé des plans d'austérité avec le non remplacement des gens qui partent et des coupes partout où c'est possible. C'est une véritable épée de Damoclès qui pèse sur le personnel», s'inquiète le syndicat.

S'agissant du CHUV à Lausanne, le SSP demande une revalorisation salariale des infirmières et de plusieurs fonctions soignantes. Il souhaite aussi une prime Covid-19 en «compensation» de la suppression des droits du personnel de la santé pendant la période du coronavirus.

Dans ce contexte, le syndicat invite l'ensemble des personnels des EMS, des CMS, des hôpitaux régionaux et du CHUV à participer aux assemblées générales qui seront organisées dès la mi-août. Il s'agira de discuter d'une journée d'actions et de grève dans toutes les institutions de soins le jeudi 24 septembre 2020 ainsi que d'une manifestation massive, avec le soutien de toute la population solidaire, le samedi 26 septembre à Lausanne.

Retour à la page d'accueil