Milliers de curieux aux portes ouvertes du Théâtre de Carouge

sn, ats

7.11.2021 - 21:04

Les Genevois se sont déplacés en nombre ce week-end pour aller à la rencontre du nouveau Théâtre de Carouge. Plus de 8500 personnes ont participé aux portes ouvertes sur le site, a affirmé dimanche soir cette institution.

sn, ats

7.11.2021 - 21:04

Les curieux ont été nombreux à venir visiter le nouveau Théâtre de Carouge inauguré vendredi et dont ils avaient accès ce week-end au site.
ATS

Son directeur Jean Liermier a détaillé de son côté à certains d'entre eux la programmation de la nouvelle saison au travers de minis présentations de spectacles aussi bien samedi que dimanche. En janvier, la nouvelle pièce «Room» du Lausannois James Thierrée, un des petits-fils de Charlie Chaplin, tiendra l'affiche jusqu'en février.

Parmi les sept productions attendues pour la saison, lui succéderont ensuite notamment la «Fausse suivante» de Marivaux, mis en scène par le directeur du Théâtre de Carouge et un repas spectacle en mai. Ou encore en juin «Monsieur X», porté par le célèbre comédien français Pierre Richard. Avec l'actrice Mathilda May à la mise en scène.

Le nouveau bâtiment permet de rassembler toutes les activités de l'institution sous un même toit. Il se décline en 468 places dans la grande salle, 135 dans la petite, ainsi que d'une salle de répétition avec accueil de public possible. Sans compter une grande scène de 320 m2 et un atelier de montage à la surface similaire.

Ce dispositif a fait l'objet d'une votation communale et avait été validé par une majorité de deux tiers. Tout au long du week-end, les Genevois pourront aller à la rencontre de ce nouveau joyau et de ceux qui ont oeuvré aux travaux de reconstruction.

Hommage rendu par Apothéloz

Le Théâtre de Carouge avait été inauguré vendredi soir. Le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz avait alors rendu hommage à son fondateur François Simon qui avait lancé en 1958 une troupe à l'origine de cette nouvelle scène.

Face aux invités, en présence notamment de la maire de Carouge Anne Hitpold, le chef du Département genevois de la cohésion sociale (DCS) s'est réjoui de retrouver «notre théâtre», alors que la pandémie a montré l'importance de la culture. «Les ateliers sont visibles, les salles de répétitions spacieuses», a-t-il affirmé, ajoutant y voir l'approche «novatrice» et «combative» qui a animé ce site.

Le conseiller d'Etat a rappelé que la troupe avait démarré en 1958 dans un lieu de culte désaffecté, au prix d'un loyer de 500 francs. Il faudra une vingtaine d'années avant que le site actuel ne soit choisi pour abriter les spectacles théâtraux et autres animations culturelles. Saluant le succès du Théâtre de Carouge depuis plus de 60 ans, M. Apothéloz l'attribue notamment à un théâtre «exigeant et populaire», reposant sur des acteurs locaux dans une ville de cultures avec un «s».

sn, ats