Une partie de la gauche vaudoise et les syndicats lancent un appel

19.9.2018 - 15:02, ATS

Une partie de la gauche vaudoise et les syndicats ont lancé un appel pour le maintien des services publics. Ils craignent des baisses de prestations et demandent au Conseil d'Etat de compenser entièrement les pertes fiscales des communes liées à l'entrée en vigueur anticipée de la RIE III.

Vaud a décidé d'appliquer dès 2019 sa réforme des entreprises, sans attendre le projet fédéral et les compensations attendues de la Confédération. Les communes risquent d'essuyer un déficit et de diminuer les prestations ou augmenter les impôts, dénoncent mercredi les auteurs de l'appel qui réunit la gauche radicale (Solidarités et POP), les Jeunes socialistes et jeunes Verts ainsi que les syndicats.

"Le collectif pointe du doigt les mesures drastiques qui s'annoncent à l'horizon", a expliqué à Keystone-ATS Samuel de Vargas, du comité directeur de la Jeunesse socialiste vaudoise. "Nous sommes inquiets pour l'avenir. Les communes ont déjà de la peine et cela risque d'empirer. Le projet fédéral (PF 17) va faire baisser le taux d'imposition des entreprises de cinq points, à 7,8%".

Les 50 millions de francs que le canton de Vaud a promis de verser aux communes pour compenser l'entrée en vigueur de la réforme vaudoise sont insuffisants. La pression mise sur les finances publiques met en péril de nombreuses prestations et menace le développement de projets comme des garderies ou des équipements scolaires, critique le collectif.

Ce dernier demande au Conseil d'Etat de garantir aux bas et moyens revenus qu'ils n'auront pas à compenser les pertes fiscales engendrées par la RIE III vaudoise. Et de "ne pas remettre en cause les développements nécessaires dans les domaines où des manques sont criants", écrit-il.

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles