24.09.2014 - 14:20, mise à jour : 30.09.2014 - 06:45, Nathalie Bottollier/AllTheContent News Agency

E-cigarettes: le rapport alarmiste de l'OMS contesté

E-cigarettes: le rapport alarmiste de l'OMS contesté

Cigarette ou cigarette électronique?
Photo: Fotolia

 

0 Evaluations


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rendu, le 26 août dernier, un rapport alarmiste de 17 pages sur l'e-cigarette. Ce rapport à charge servira de base de discussion lors de la prochaine convention pour la lutte antitabac prévue du 13 au 18 octobre à Moscou.

Utilisez Bluewin en version mobile

Testez l’appli gratuite sur votre portable et votre tablette

Les experts de l'OMS y recommandent, notamment, l'interdiction des inhalateurs électroniques aux mineurs et aux femmes enceintes ainsi que leur interdiction dans les espaces publics fermés "au moins jusqu'à ce qu'il soit prouvé que la valeur exhalée n'est pas dangereuse pour les personnes passant aux alentours". L'OMS souligne aussi que leur efficacité comme méthode de sevrage tabagique n'est pas prouvée et insuffisamment documentée pour pouvoir en tirer des conclusions.

Alors que le marché de la cigarette électronique est en plein boom, et que ses ventes (trois milliards de dollars dans le monde en 2013) devraient être multipliées par 17 d'ici à 2030, les experts s'inquiètent aussi de son usage chez les jeunes non-fumeurs. Aux Etats-Unis, le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) estime que celui-là a triplé en deux ans et les encouragerait ensuite à passer au tabac.

Un rapport trop alarmiste?

C'est dans ce contexte que quelques voix osent néanmoins s'élever contre le rapport de l'OMS, qu'elles jugent trop alarmiste et de parti pris contre la cigarette électronique. Ainsi, dans un article paru dans la revue scientifique "Addiction", Ann McNeill, professeur au Centre national des addictions au King's College de Londres, estime avoir été "surprise par le ton négatif du rapport et avoir trouvé qu'il était trompeur et ne reflétait pas de manière précise les données disponibles". "Les e-cigarettes sont une nouveauté et, de toute évidence, nous n'avons pas encore toutes les réponses sur leur influence sanitaire à long terme. Ce que nous savons, c'est qu'elles sont beaucoup moins dangereuses que les cigarettes, qui tuent plus de six millions de personnes par an dans le monde", conclue-t-elle.

Le Dr Jacques Le Houezec, co-auteur de l'article et spécialiste français du tabagisme, estime pour sa part que "la cigarette électronique est une révolution induite par les fumeurs eux-mêmes. La vitesse à laquelle se sont développés ces produits et leur utilisation montrent que les fumeurs sont prêts à adopter des produits moins dangereux pour leur santé. L'utilisation de l'e-cigarette pourrait sauver des millions de vies dans le siècle à venir et avoir les plus importantes conséquences sur la santé publique de toute l'histoire du tabac".

Des points controversés

Plus généralement, les scientifiques qui ont signé cet article dans "Addiction" reprochent principalement au rapport de l'OMS les faits suivants:

- Le rapport de l'OMS laisse entendre que l'e-cigarette est un problème majeur chez les adolescents et qu'elle les encourage à fumer du tabac, alors que dans les faits, l'usage de l'e-cigarette par des non-fumeurs est extrêmement rare et que le nombre de jeunes qui fument est en diminution.

- Le rapport de l'OMS ne reconnaît pas que les e-cigarettes sont moins dangereuses que les vraies cigarettes et que la concentration de toxines y est en quantité infinitésimale , comparativement à la fumée de cigarettes.

- Le rapport de l'OMS conclut que les fumeurs passifs pourraient inhaler des toxines dangereuses rien qu'en respirant la vapeur d'un fumeur de e-cigarette qui se trouverait à côté d'eux, alors que les concentrations sont beaucoup trop faibles pour présenter un risque significatif pour la santé.

- Le rapport de l'OMS donne l'impression qu'il existe des preuves que l'e-cigarette empêche les fumeurs d'arrêter de fumer, alors que dans les faits, c'est plutôt le contraire. L'e-cigarette peut être un moyen pour un fumeur d'arrêter de fumer.

D'autres articles

Publicité
Please enable JavaScript for better browser functionality