Étude

Interdire la prostitution a surtout des effets négatifs

stsc, ats

13.1.2022 - 09:11

Interdire la prostitution durant la pandémie de coronavirus engendre davantage de conséquences négatives que d'effets positifs, selon une étude menée en ville de Zurich. Une bonne partie des travailleuses et travailleurs du sexe ont continué à exercer malgré tout dans des conditions précaires, avec des risques de contrainte et de violence.

Une bonne partie des travailleuses et travailleurs du sexe ont continué à exercer malgré tout dans des conditions précaires, avec des risques de contrainte et de violence. (image d'illustration)
Une bonne partie des travailleuses et travailleurs du sexe ont continué à exercer malgré tout dans des conditions précaires, avec des risques de contrainte et de violence. (image d'illustration)
KEYSTONE

stsc, ats

13.1.2022 - 09:11

Pour cette recherche, une équipe de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) a interrogé 14 intervenants spécialisés et 11 travailleuses et travailleurs du sexe. En Suisse, le canton de Zurich est celui qui a imposé la plus longue interdiction d'exercer le plus vieux métier du monde, du 17 mars au 5 juin 2020, puis à nouveau du 8 décembre 2020 au 31 mai 2021.

Il ressort de l'étude que les agressions et la violence ont augmenté, de même que les tentatives de contrainte et d'escroquerie. Confrontés à des problèmes financiers, bon nombre des intéressés ont travaillé malgré l'interdiction. Les clients étaient en position de force du fait de l'impossibilité de porter plainte.

Par ailleurs, l'offre était supérieure à la demande, de nombreux clients âgés ou de groupes à risque ayant fait faux bond par peur de contracter le Covid. Les tarifs étaient donc à la baisse.

Sur la base de ces résultats, les auteurs recommandent de renoncer à l'avenir à de telles interdictions. Les effets négatifs dominent, notamment dans la tentative de traçage des contacts au moyen de l'enregistrement des clients. Il serait plus sensé de développer des mesures applicables et adaptées au marché du sexe, conclut le directeur de l'étude Michael Herzig, cité jeudi dans un communiqué de la ZHAW.

stsc, ats