L'EPFL dévoile une installation digitale et immersive de méditation

sj, ats

2.11.2021 - 17:07

Après trois années de recherches, de création et d'expérimentation, l'installation "Ming Shan Digital Experience" dédiée à la méditation taoïste a été inaugurée mardi à Bullet dans le Jura vaudois.
ATS

L'EPFL et l'ECAL ont dévoilé mardi une installation digitale et immersive capable de favoriser la méditation. Inventée en partenariat avec Ming Shan, le plus grand centre taoïste d'Europe, la «machine» génère de la lumière et du son à partir de signaux corporels.

sj, ats

2.11.2021 - 17:07

Après trois années de recherches, de création et d'expérimentation, l'installation «Ming Shan Digital Experience» dédiée à la méditation a été officiellement inaugurée au centre taoïste laïc situé depuis fin 2019 dans le village de Bullet dans le Jura vaudois, adossé au Chasseron, a indiqué le centre de recherche EPFL+ECAL Lab dans un communiqué.

La scène paraît presque irréelle: à l'intérieur du temple, au fond de la cour, trois statues traditionnelles d'immortels font face à trois cercles de lumière contemporains. La technologie, le design et la science font corps avec une culture, une philosophie et des pratiques dont les racines remontent à plus de 2000 ans.

Captations physiologiques

L'anneau lumineux semble flotter au-dessus d'une assise circulaire très sobre, en bois, maintenu en élévation par deux barres très fines. Chacune des trois stations accueille une personne pour une séance de méditation à la fois humaine, digitale et interactive.

«L'intensité de la lumière, les rythmes et les couleurs évoluent au gré de la méditation en fonction des paramètres physiologiques des participants, comme la respiration ou le rythme cardiaque», explique l'EPFL. Ce système dit de «biofeedback multimodal» agit ainsi en temps réel, de manière individualisée, sur les phases de concentration et de relaxation essentielles à une telle pratique.

Une des particularités de cette installation technologique est d'aborder la dimension collective de la méditation. Chaque station agit en effet comme un instrument de musique, émettant des vibrations inspirées de sons traditionnels. Elle ajoute ainsi au soutien individuel une résonance collective par un paysage sonore généré, lui aussi, en temps réel à partir des signaux corporels.

Distinction internationale

La perception d'une séance de méditation s'étend également à l'architecture du temple avec une traduction des signaux en représentations visuelles animées projetées autour des statues placées en face des stations lumineuses. Ce triple impact – individuel, collectif et spatial – constitue une première mondiale, affirment l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL).

Cette invention a été distinguée en août dernier à Los Angeles lors de la plus grande conférence internationale dédiée à la création digitale, le SIGGRAPH 2021.

Les connaissances acquises ouvrent désormais des horizons inédits pour agir sur notre bien-être, augure l'EPFL. Elles préfigurent par exemple des concepts de mobilier réactif dédiés à notre quotidien. Le Prix du Design Suisse a d'ailleurs sélectionné le projet parmi ses trois finalistes de la catégorie «Mobilier».

sj, ats