La mortalité augmente dès 70% d'occupation des soins intensifs

stsc, ats

2.12.2021 - 12:21

Des mesures de lutte contre le coronavirus devraient être prises bien avant que les soins intensifs n'affichent complet. Une étude bernoise a mis en évidence un effet de seuil: la mortalité y augmente à partir d'une occupation de 70%.

stsc, ats

2.12.2021 - 12:21

Medical worker treats a patient with Covid-19 in the intensive care unit at the the University Hospital (CHUV) during the coronavirus disease (COVID-19) outbreak in Lausanne, Switzerland, Friday, November 6, 2020. The number of Covid-19 hospitalisations and capacity continues to be a major concern in Switzerland. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott) Un soignant effectue des soins sur un patient atteint de Covid-19 dans l'unite des soins intensifs du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, CHUV, lors de la crise du Coronavirus (Covid-19) le vendredi 6 novembre 2020 a Lausanne. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Lors de la deuxième vague, l'occupation des unités de soins intensifs a oscillé entre 52% et 79%. Selon les chercheurs, 137 décès auraient pu être évités si l'on n'avait pas dépassé la barre des 70%. (image d'illustration)
KEYSTONE

L'équipe de la statisticienne Nanina Anderegg, à l'Université de Berne, avec l'Office fédéral de la santé publique, a mis en relation les taux de survie dans les unités de soins intensifs lors de la première et de la deuxième vague de la pandémie avec le taux d'occupation des lits.

Résultat: les chances de survie – en moyenne de 81% à 82% – restent relativement stables jusqu'à un taux d'occupation des soins intensifs de 70%, lits certifiés et lits supplémentaires confondus. Si ce dernier chiffre monte à 80%, les chances d'en sortir vivant descendent à 78,2%, selon cette étude non encore publiée dans une revue scientifique, évoquée jeudi par les journaux du groupe Tamedia.

Lors de la deuxième vague, l'occupation des unités de soins intensifs a oscillé entre 52% et 79%. Selon les chercheurs, 137 décès auraient pu être évités si l'on n'avait pas dépassé la barre des 70%. Ce chiffre reste toutefois sujet à caution, avec une fourchette comprise entre 27 et 242 décès théoriquement évitables.

Co-auteur de ces travaux, l'épidémiologiste Matthias Egger souligne en outre dans les journaux de Tamedia que la situation actuelle dans les unités de soins intensifs en termes de personnel et de lits supplémentaires n'est plus la même que lors des deux premières vagues. Il est possible pour cette cinquième vague, que le seuil critique soit plus haut ou plus bas que 70%.

Pour Mme Anderegg, ces résultats montrent qu'il faut prendre des mesures de prévention et de contrôle du coronavirus bien avant que les unités de soins intensifs n'affichent complet. Mercredi, le taux d'occupation était de 81,1% en moyenne, avec 27% des lits occupés par des patients Covid-19. A l'Hôpital universitaire de Zurich, le taux d'occupation était même de 98%.

Cette étude a porté sur les données de 22'648 patients hospitalisés entre février 2020 et mars 2021. Des chercheurs britanniques et sud-africains ont également contribué à cette recherche.

https://osf.io/7ka53/

stsc, ats